Article [Choc] Les musulmans de Lagny-sur-Marne visés par des cocktail Molotov sur leur lieu de prière

[Choc] Les musulmans de Lagny-sur-Marne visés par des cocktail Molotov sur leur lieu de prière

<:image_article{article=|couper{80}}:>
ZOOM

La France terre d’accueil n’est plus qu’un vain mot et sa devise « Liberté, Egalité, Fraternité » a depuis longtemps fait place à la haine et à la discrimination.
Depuis la fin de la guerre d’Algérie, la République a affiché une certaine hypocrisie à l’égard de sa population musulmane, mais aujourd’hui elle a décidé de mettre bas le masque et de se dévoiler au grand jour.

Le prétexte des attentats a été le déclencheur d’odieuses et injustes mesures contre les musulmans qui ont vu leurs libertés fondre comme neige au soleil.
Des mesures discriminatoires qui ont visé la tenue vestimentaire mais aussi la liberté de culte, oui aujourd’hui la vie de nos frères et sœurs musulmans a irrémédiablement changée.
Après la fermeture de la mosquée de Lagny-sur-Marne au début de mois de Ramadan 2015, les fidèles n’ont eu d’autres choix que de prier dans la rue. Pour se protéger des intempéries, ils ont monté des tentes sur un terrain communal désaffecté où les Roms avaient l’habitude de camper. Une maigre consolation qui n’a toutefois pas plu à la mairie qui a usé de tous les prétextes pour les empêcher de prier, exhortant même le gouvernement à interdire aux musulmans de pratiquer leur culte.

Une attitude qui a conforté les racistes et islamophobes habituels en les encourageant à bouter le feu aux tentes dans le but de faire fuir les fidèles.
Le ministère de l’Intérieur avait pourtant exigé du maire de Lagny-sur-Marne de «  mettre un local à disposition  » des fidèles, mais en lieu et place, la mairie a envoyé ses sbires démonter une tente installée par les musulmans au centre-ville juste avant le Ramadan de cette année. Face au refus des fidèles de quitter les lieux, deux cocktails Molotov ont été lancés contre les tentes dans la nuit de vendredi à samedi, provoquant un incendie.

Une tension dont l’entière responsabilité incombe à la ville mais que le maire rejette sur un soi-disant règlement de compte entre «  deux communautés pour l’occupation du site . »

profil de Zoubida Salhoume

Auteur : Zoubida Salhoume

Posté le : 9 août 2017

Catégorie : Communauté

Vous aimerez aussi :

Commentaires :

0

Avis