Article Les images de la honte : des centaines de réfugiés sous la neige font la queue pour un plat chaud

Les images de la honte : des centaines de réfugiés sous la neige font la queue pour un plat chaud

<:image_article{article=|couper{80}}:>
ZOOM

Qu’en est-il de l’engagement de l’Union Européenne visant à relocaliser les demandeurs d’asile ? Un an après, les dirigeant européens n’ont toujours pas tenu parole et la majorité des réfugiés sont encore bloqués en Grèce dans des conditions de vie épouvantables, dénonce Amnesty International dans un rapport intitulé « Our Hope is Broken ».
La chargée de campagne sur les questions de migration à Amnesty International, Monica Costa déclare : «  A ce rythme, cela prendra 18 ans pour que soient respectés les engagements en matière de relocalisation pris il y a un an  ».

Des milliers de migrants et de réfugiés sont maintenus en détention arbitraire dans des centres sous haute surveillance sur les îles grecques de Lesbos et Chios. Parmi eux des femmes enceintes, des bébés, de jeunes enfants et des personnes souffrant de traumatisme dus à la guerre.
La désorganisation, la crainte et les violences qui ont fait suite à l’arrivage des migrants prouvent que l’Europe n’est plus la terre d’accueil et d’hospitalité qu’elle a pu être à une époque de son passé.
Les conditions de détention de ces syriens dont le seul crime est d’avoir fui l’horreur sont inhumaines selon Amnesty International qui déclare : «  Les personnes incarcérées à Lesbos et Chios ne bénéficient quasiment d’aucune assistance juridique, disposent d’un accès limité à certains services et mesures de soutien, et ne reçoivent presque aucune information sur leur statut actuel ni leur possible devenir. La peur et le désespoir sont palpables  ».
Après avoir accueilli les réfugiés dans des centres d’accueil ouverts, l’Europe a décidé de les parquer dans des camps de détention fermés et de les emprisonner parfois durant des semaines.

Les centaines de réfugiés et migrants vivant sous des tentes de fortune dans le camp de Moria dans les îles grecques sont aujourd’hui confrontés aux températures hivernales. Ne disposant d’aucune protection contre le froid, ils sont contraints de faire la queue durant des heures pour obtenir un repas chaud qu’ils mangeront sous la neige.
Les autorités grecques sont dénoncées par les médias et les associations humanitaires pour leur manque d’empathie face à la situation. Plus de 2.500 personnes vivent sans eau chaude ni chauffage y compris des enfants, des femmes et des personnes âgées. Plus au sud à Samor ou encore à Kos, Leros et Chios, la vague de froid qui s’est abattue sur le pays n’a épargné aucun des réfugiés.
Ils sont plus de 15.000 disséminés sur cinq îles grecques à attendre d’être renvoyés en Turquie en vertu du pacte UE-Ankara.

La polémique sur les réseaux sociaux n’a cessé de gonfler suite à la diffusion de la vidéo qui aurait été tournée par un résident africain de Moria.
Portant la légende : «  Les images qui font honte à l’Europe du 2017  », ces images ne vont pas redorer l’image déjà bien ternie de l’Europe décidément dépassée par les événements.

Si vous ne parvenez pas à visionner la vidéo ci-dessous, CLIQUEZ ICI.
.


Las imágenes que avergüenzan a la Europa del 2017 Las imágenes que avergüenzan a la Europa del 2017

Publié par Ideal.es sur mardi 10 janvier 2017

profil de Z. S.

Auteur : Z. S.

Posté le : 14 janvier 2017

Catégorie : En vrac

Sponsorisé

Vous aimerez aussi :

Commentaires :

0

Avis