Article Quand des policiers français confisquent les couvertures des réfugiés syriens en plein hiver

Quand des policiers français confisquent les couvertures des réfugiés syriens en plein hiver

<:image_article{article=|couper{80}}:>
ZOOM

Nous pensions avoir atteint le comble de l’ignominie après l’arrivée des réfugiés syriens dénoncés et accusés de tous les maux pour avoir osé fuir la guerre et la mort.
Mais apparemment l’horreur est loin d’avoir atteint son paroxysme. MSF (Médecins sans frontières) révèle les agissements des forces de l’ordre à l’égard des migrants, selon plusieurs témoignages, les policiers les violentent et les harcèlent alors que la vague de froid s’est installée dans le pays.

Dans un communiqué et des tweets publiés samedi, MSF accuse les policiers de traitement inhumain contre les réfugiés vivant dans les rues de la capitale.
Selon l’organisation humanitaire, les forces de l’ordre passent leur temps à harceler les Syriens en venant les réveiller durant la nuit et en leur confisquant leurs couvertures, seule protection qu’ils ont contre ces températures hivernales.

Un comportement impitoyable qui a eu pour conséquence de mettre en péril leur vie.
«  Les équipes de Médecins sans frontières ont dû prendre en charge huit personnes proches de l’hypothermie  », a écrit l’ONG.
Mais les policiers vont encore plus loin en interdisant aux migrants l’accès du centre humanitaire de La Chapelle, seul endroit où ils sont susceptibles d’être hébergés.

Toutes ces accusations ont été balayées d’un geste de la main par Bruno Le Roux, le ministre de l’Intérieur. Invité dimanche dernier du « Grand Jury » de RTL-LCI-Le Figaro, il dément les propos de l’ONG et soutien ses troupes.
«  Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers  », a-t-il déclaré avant d’ajouter : «  Ce que font aujourd’hui les forces de police, c’est de la mise à l’abri de personnes qui sont vulnérables  », en reconnaissant toutefois qu’il existe «  une forme de contrainte  » dans l’action de «  mettre à l’abri  » un migrant.

Mais la coordinatrice de programmes à MSF n’en démord pas en soulignant qu’ : «  en plein cœur de l’hiver, les pouvoirs publics devraient être en mesure de fournir des places d’hébergement à tous les migrants, en urgence  », alors que selon elle il s’agit d’«  une tentative dérisoire de soustraire cette population en détresse à la vue du public  ».
Pour la police il s’agit juste d’«  éviter la reconstitution de campements  ».

MSF accuse les policiers de Paris de confisquer les couvertures des migrants

profil de Z. S.

Auteur : Z. S.

Posté le : 10 janvier 2017

Catégorie : En vrac

Vous aimerez aussi :

Commentaires :

0

Avis