Article L’Algérie et l’Afrique du Sud s’opposent à la présence de l’Etat sioniste dans l’Union Africaine

L’Algérie et l’Afrique du Sud s’opposent à la présence de l’Etat sioniste dans l’Union Africaine

<:image_article{article=|couper{80}}:>
ZOOM

L’image ternie de l’Etat sioniste en Europe et ailleurs a incité le gouvernement israélien à se tourner vers des contrées plus lointaines.
Bien sûr, le régime colonial sioniste ne choisit jamais ses alliés au hasard, en effet ses décisions sont toujours guidées par l’appât du gain avant tout.

Rien d’étonnant alors à le voir flirter avec le continent africain qui comme tout le monde le sait est très convoité par les pays occidentaux toujours à la recherche de nouvelles sources d’approvisionnement en matières premières.
L’Etat sioniste espère obtenir sa part de gâteau et c’est ainsi qu’il a pour objectif de devenir « pays membre observateur » au sein de l’Union Africaine.
Et le régime sioniste ne lésine pas sur les moyens, faisant depuis quelques années déjà de l’appel du pied aux pires dictatures africaines.
Le premier ministre israélien Netenyahou a d’ailleurs promis une aide de un milliard de dollars à l’Afrique de l’Ouest, oui les sionistes peuvent mettre la main à la poche quand leurs intérêts sont en jeu.

Alger et Pretoria s’opposent farouchement aux prétentions du régime d’apartheid sioniste, pour eux il est hors de question que le régime dictatorial de Netenyahou fasse son entrée au sein de l’Union Africaine.
«  En octobre prochain se tiendra le premier sommet Israël-Afrique qui se réunira dans la capitale togolaise, Lomé. Mais comme l’appétit vient en mangeant, Tel-Aviv veut faire de ce sommet au Togo un tremplin vers l’Union africaine en y briguant un poste d’observateur. L’Algérie et l’Afrique du Sud s’y opposent fermement  », rapporte le site www.le1.ma.
L’Etat sioniste est déterminé coûte que coûte à en faire partie, il a pour cela rétabli des relations diplomatiques avec le Sénégal, il entretient de bonnes relations avec le Rwanda, dont le président a été reçu avec les honneurs par le lobby israélien américain AIPAC et il s’est assuré les appuis du Libéria et de l’Ethiopie.
L’Ethiopie, dont de nombreux citoyens de confession juive ont émigré vers l’Etat sioniste, ne semble pas garder rancune aux israéliens de la manière dont ses ressortissants sont traités.

Le régime sioniste est prêt à tout pour parvenir à ses fins. Pourtant l’ex-présidente de la Commission de l’Union africaine, la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma refuse catégoriquement de rencontrer Benjamin Netenyahou.
«  Et malgré tout le réseau mobilisé par Simon Solomon, président du lobby africain à la Knesset et de ses très influents acolytes Merav Michaeli et Pnina Tamano-Shata, aucune rencontre n’a été possible entre Benjamin Netanyahu et l’ex-présidente de la Commission de l’Union africaine, la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma  », commente le1.ma.

Mais « Bibi » a plus d’un tour dans son sac, nous verrons ce que l’avenir réserve.

profil de Zoubida S.

Auteur : Zoubida S.

Posté le : 13 septembre 2017

Catégorie : Politique

Vous aimerez aussi :

Commentaires :

0

Avis