Article Des agents secrets espionnent pour le compte de l’Etat sioniste à partir de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie

Des agents secrets espionnent pour le compte de l’Etat sioniste à partir de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie

<:image_article{article=|couper{80}}:>
ZOOM

Toutes les puissances de ce monde rêvent de s’emparer des secrets des uns et des autres. Les Etats-Unis espionnent l’Europe, l’Europe espionne l’Afrique et ainsi va le monde. Mais celui qui remporte la palme de l’espionnage après l’oncle Sam c’est l’Etat sioniste.

Sa légendaire paranoïa plus proche d’une manœuvre de propagande que d’une réelle angoisse, lui fait craindre le pire depuis sa courte existence. Après s’être muré contre d’éventuelles attaques dont pourtant il est le seul instigateur, l’Etat sioniste s’est spécialisé dans l’espionnage en terrain ami comme ennemi.
Il y a quelques temps, le général Amos Yadlin, l’ex-patron du service d’espionnage israélien « Aman » se vantait que l’Etat sioniste avait la possibilité d’espionner n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Il a même été jusqu’à révéler que l’état sioniste était à l’origine de nombre de conflits et de tensions entre les Etats.

«  Nous pouvons provoquer et attiser des conflits tribaux, ou confessionnels, exacerber des tensions sociales et maintenir des pays comme la Tunisie, l’Egypte, ou le Maroc sous pressions internes  », avait-il alors déclaré.
Comme nous le constatons, les pays Arabes sont de loin sa cible privilégiée. Ses agents sont infiltrés sur tous les continents, œuvrant à la réussite de l’état sioniste, assassinant les « indésirables », fomentant des tensions inter-religieuses dans le but de déstabiliser le pays, peu importe les moyens, seul le résultat compte.

«  Au Maroc comme en Tunisie, nous disposons d’un réseau d’agents infiltrés dans les milieux politiques, économiques, culturels et sociaux. Et nos agents peuvent promouvoir l’image d’Israël, tout comme ils peuvent contribuer à la déstabilisation des gouvernements  », a proclamé fièrement le général israélien, se gargarisant des moyens sophistiqués dont ils disposent.

Le quotidien panarabe Al Quds Al Arabi affirme qu’en dehors des pays cités par le militaire, la Lybie et l’Egypte ont été à leur tour infiltrées par l’état sioniste. Même l’Algérie est atteinte par le fléau, les autorités ont eu l’occasion de démanteler un réseau d’espions à la solde du Mossad. Parmi les espions interpellés se trouvaient deux tunisiens, trois marocains et un algériens.
Les délateurs ont récolté des renseignements portant sur «  les mosquées, les établissements scolaires, les zones sécuritaires et même les places publiques, ainsi que tous les sites stratégiques dans ces wilayas  » précise L’Expression qui cite des «  sources sécuritaires  ».

L’état sioniste ne recule devant aucune vilenie pour obtenir des informations, promettant monts et merveilles à ses recrues pour obtenir d’eux le maximum. Il serait même question de «  l’implication de médecins, résidents légalement en Algérie, notamment dans les villes frontalières de la région est du pays  ».
En dehors de l’Algérie, la Tunisie attise particulièrement la curiosité des israéliens selon Abderraaouf Ayadi, secrétaire général du mouvement Wafa qui a déclaré que «  Des hauts responsables du ministère de l’Intérieur m’ont indiqué que près de 300 agents du Mossad sont actuellement actifs en Tunisie  ».

Abrité derrière un mur long de plus de 700 km, se lamentant sur son sort de « victime », l’état sioniste étend ses tentacules à découvert et dans l’ombre pour atteindre ses objectifs.

profil de Zoubida Salhoume

Auteur : Zoubida Salhoume

Posté le : 12 juillet 2017

Catégorie : Politique

Vous aimerez aussi :

Commentaires :

0

Avis