Article [Essonne] Les élèves ayant jeûné pendant le ramadan ne seront pas remboursés des frais de cantine

[Essonne] Les élèves ayant jeûné pendant le ramadan ne seront pas remboursés des frais de cantine

<:image_article{article=|couper{80}}:>
ZOOM

Les élus de la République s’affèrent pour la rentrée scolaire prochaine et dans leur désir de « bien faire », ils ont élaboré un nouveau un règlement prévoyant que plus aucun repas ne sera remboursé pour «  convictions personnelles  ».
Inutile de préciser ce que le règlement implique pour les élèves pratiquant le ramadan qui sont bien sûr les premiers visés par cette énième discrimination.

Dès la rentrée de septembre, 100 collèges de l’Essonne appliqueront le même règlement intérieur, lorsque l’Education nationale décide de stigmatiser elle aime le faire à grande échelle.
Cette mesure a été vivement critiquée par le groupe d’opposition RGE (Rassemblement de la gauche et des écologistes). Pour ce groupe il s’agit simplement de stigmatiser les «  élèves pratiquant le ramadan  », ce dont se défend le conseil départemental qui a adopté le nouveau règlement en séance publique le 29 mai dernier.

Pour David Ros, maire d’Orsay et chef de file de l’opposition au département, il est évident que ce sont les élèves de confession musulmane qui sont visés sans que le texte ne le précise de cette manière.
«  Nous nous sommes penchés sur l’annexe IV du document. Et nous avons découvert les alinéas concernant les “convictions personnelles”. La majorité ne pouvait pas écrire pour “convictions religieuses” car elle n’en a pas le droit, mais il est évident que ce sont les élèves pratiquant le ramadan qui sont visés  », a-t-il souligné.

Dans un souci d’ «  homogénéisation  » du règlement intérieur des collèges, afin d’éviter que «  chaque établissement  » applique «  son propre règlement  » et que certains remboursent les repas pour cause d’absences dues au ramadan et d’autres non, rendant ainsi la situation inégale, explique David Ros.
Mais plutôt que de faire le choix de rembourser les frais de repas pour cause d’absences, le conseil départemental a préféré carrément le supprimer.

Le président (LR), François Durovray s’étonne de la polémique : «  Nous ne stigmatisons personne  », a-t-il déclaré.
«  La laïcité, c’est le respect de toutes les religions, mais ce n’est pas non plus adapter le service public aux convenances de chacun. (...). Nous avons des frais fixes, les personnels par exemple, qui restent les mêmes. Nous ne rembourserons donc plus les repas manqués même si les familles nous préviennent à l’avance. Mais nous continuons, bien entendu, de servir des repas halal, des repas bios (...)  »

Devons-nous encore nous étonner que cette mesure touche principalement les musulmans ? Les élus ne savent décidément plus quoi inventer pour nous empoisonner la vie.

profil de Zoubida Salhoume

Auteur : Zoubida Salhoume

Posté le : 12 juillet 2017

Catégorie : Politique

Vous aimerez aussi :

Commentaires :

0

Avis