Article La République “En Marche” écarte des candidats pour leurs positions antisionistes

La République “En Marche” écarte des candidats pour leurs positions antisionistes

<:image_article{article=|couper{80}}:>
ZOOM

Qui oserait encore après cela prétendre que la clique politicienne française n’est pas à la solde du lobby sioniste de France ? Que ce dernier à un droit de veto sur celui qui peut se présenter ou non comme candidat aux élections parlementaire pour le compte du parti ?

Il n’a pas encore chauffé sa place que les instances dirigeantes du pays, le CRIF et la LICRA, rappelle déjà à l’ordre le fraîchement élu président de la République, Emmanuel Macron.
Candidat préféré de la communauté juive de France, Macron ne risque pas de contrarier l’état hébreu perpétuant ainsi une vieille tradition française.
Etre partisan affirmé de l’Etat sioniste implique qu’il ne suffit pas de le dire mais aussi de le prouver. Certaines « têtes » choisies pour former le nouveau gouvernement d’En Marche ne plaisent pas à la LICRA et au CRIF ? Pas de problème, un mot, un geste et Macron fait le reste.

Christian Gérin, investi dans la circonscription de Royan (Charente-Maritime) a été suspendu à la demande de l’organisation antiraciste, pour avoir selon la porte-parole de La République en Marche (LREM) Laurence Haïm, envoyé des tweets «  dont la connotation antisémite est explicite  ».
La publication de Christian Gérin, alors producteur de télévision, dénonçait la présence de plusieurs hommes politiques dont Emmanuel Macron, François Fillon, François Hollande et Benoît Hamon au dîner annuel du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) : «  A quand la séparation du CRIF et de l’Etat ?  » avait-il écrit.
«  C’est antisémite car derrière le terme “Crif”, c’est “juifs” qui est sous-entendu  », a déclaré le président du CRIF, Francis Kalifat, au journal Le Parisien.
Gérin avait aussi qualifié Manuel Valls de «  sioniste raciste et islamophobe  » tout en dénonçant la «  récupération indécente par l’Etat sioniste et ses soutiens  » de l’attentat de Nice.

Il n’en fallait pas plus pour en faire un renégat aux yeux des instances juives de France, un « parasite » dont il faut se débarrasser au plus vite.
Puis ce fût au tour de William Tchamaha, candidat LREM dans la troisième circonscription de Seine-Maritime d’être dans l’œil du cyclone du Conseil représentatif des institutions juives de France, le bien nommé CRIF. Ce dernier reprochant au candidat des tweets appelant au boycott des produits israéliens. Selon Le Parisien, le conseiller principal d’éducation dans un lycée professionnel avait « osé » dans un tweet de février 2017, qualifier l’Etat sioniste d’ «  Etat hors la loi qui méprise le droit  » et avait exhorté à soutenir le mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS).
M. Tchamaha s’est défendu auprès du Parisien, déclarant : «  Je n’ai pas souvenir d’avoir appelé au boycott, mais si le CRIF a du temps à passer pour remonter mon historique sur tous les réseaux sociaux… Moi, je n’ai rien contre cet Etat, je suis un militant de la paix  », a-t-il ajouté.
La chasse aux sorcières a entraîné dans son sillage, Haouaria Hadj-Chikh, investie à Marseille. Celle-ci ne fait désormais plus partie non plus de la liste des candidats du parti de Macron pour ne pas être assez « Charlie ».
Le CRIF l’a promis, il sera « vigilant » et poursuivra ses enquêtes sur d’autres candidats au sein du nouveau parti de Macron.

Le message du lobby sioniste de France est clair, malheur à ceux qui critiquent l’Etat sioniste, il en va de leur avenir politique. L’AIPAC français a un droit de veto sur qui peut se présenter ou non comme candidat aux élections parlementaires pour le compte du parti. La politique pro-israélienne du nouveau président Macron, qui a condamné la campagne BDS, n’est que le prolongement de celle de François Hollande et il est fort à parier que la répression contre le militantisme pro-Palestinien se poursuivra de la même manière.
La LICRA et le CRIF ont-ils dépassé les limites en affichant clairement leur rôle actif dans les affaires politiques de la France ? L’avenir nous le dira.

profil de Z. S.

Auteur : Z. S.

Posté le : 16 mai 2017

Catégorie : Politique

Vous aimerez aussi :

Commentaires :

0

Avis