12 avril 2018 | 13.41K vues | 0 commentaire

Vaccins : « Je ne veux plus participer à ce génocide », des médecins américains ne veulent plus vacciner

Image de l'article Vaccins : « Je ne veux plus participer à ce génocide », des médecins américains (...)
ZOOM

Vaccination, danger ou non ? C’est la question que se posent des millions de français. Chez les médecins aussi la question se pose et différents groupes s’opposent. Que contiennent réellement ces vaccins ? Sont-ils dangereux ? Des médecins américains témoignent.

Certains médecins ne veulent pas faire face à la réalité. Mais d’autres, comme le Dr Rachel Ross, ont eu le courage de dénoncer la dangerosité des vaccins, qui ont conduit à l’handicap de milliers d’enfants :

Regardant maintenant les choses de l’extérieur, j’ai maintenant l’impression de me sentir presque comme un âne… Je me suis évertuée à suivre aveuglément comme un robot tout ce qui concerne la vaccination sans chercher à disposer de nouvelles informations, de nouvelles données, sans même savoir ce que ces vaccins contenaient… Tout ceci fait partie des raisons qui font que les médecins sont tellement résistants à cette information parce qu’il s’agit en fait de réapprendre et digérer tout ce qu’ils avaient jadis appris, comme aussi de se réconcilier avec les dégâts qu’ils auraient possiblement causés au cours de leur carrière.

Les médecins ne savent donc pas ce que contiennent ces vaccins qui ont notamment causés une épidémie d’autisme. Le documentaire « VAXXED : De la dissimulation à la catastrophe » montre d’ailleurs que la dissimulation de preuves conduite par l’industrie pharmaceutique, des médecins et des politiciens contre le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) pourrait avoir contribué à l’augmentation alarmante et exponentielle de l’autisme.

La vaccination peut avoir des effets positifs sur certaines personnes. Mais les risques de la vaccination sont supérieurs à ses bénéfices comme le prouvent des dizaines d’études. Mercure, aluminium, monoxyde de dihydrogène, toxines, les vaccins peuvent se révéler être de véritables poisons allant même jusqu’à donner la maladie contre laquelle il sont supposés protéger.

La France vient de faire passer une nouvelle loi pour les enfants depuis le 1er janvier 2018 : le nombre de vaccins obligatoires pour les enfants passe de trois à onze.

Coqueluche, rougeole-oreillons-rubéole (ROR), hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C, diphtérie, tétanos et poliomyélite.

Un cocktail de vaccins obligatoires, qui mèneront les parents derrière les barreaux s’ils s’en affranchissent : les sanctions vont jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende pour « défaut de protection des enfants ».

profil de Rédaction Y.

Auteur : Rédaction Y.

Posté le : 12 avril 2018

Catégorie : Alimentation/Santé

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous