Vous avez sûrement déjà entendu parler de l’exécution “sordide” de James Foley, journaliste américain enlevé en Syrie en 2012 puis récemment égorgé par des “djihadites extrémistes” (intégriste, terroriste, bref tous les mots finissant par -iste afin d’attaquer l’Islam).

La vidéo, intitulée « A Message To America » a choqué le monde entier. Elle circulait sur internet mardi soir, mais a été supprimé depuis peu, notamment par le réseau social Twitter.
En effet, le manque avéré de conviction, digne d’une représentation cinématographique, risquerait de heurter la sensibilité de certaines personnes ! Et s’il s’agissait en réalité d’une vulgaire mise en scène, d’un malheureux coup monté ?

Le site E&R a listé plusieurs incohérences qui prouvent que la vidéo est digne d’une macabre production hollywoodienne :

– Un support HD et une mise en scène troublante

– Qualité Haute Définition de l’image et du son.

– La scène est filmée par deux caméras sur pieds.

Un petit logo animé dans le coin en haut à gauche, représentant soit un minaret surmonté d’un croissant, soit le drapeau noir de l’État islamique, selon les versions.

– Les protagonistes sont équipés de micro-cravates afin de bien entendre leurs paroles, celles-ci ne sont pas parasitées par le vent qui souffle.

– Détenu depuis des mois, Foley et son collègue semblent en bonne santé, et même trop propre ! Ils ne sont ni épuisés, ni amaigris malgré leur longue captivité.

– Les deux otages portent des tenues oranges, visiblement neuves, rappelant les uniformes des détenus de Guantanamo.

– Bien qu’il soit à quelques minutes de perdre la vie, Foley ne sourcille pas, ne bafouille pas, ne transpire pas : il reste d’une dignité surprenante.

– Le débit de Foley ressemble à un jeu d’acteur : solennel lorsqu’il récite son discours, puis maladroitement ému lorsqu’il s’adresse à sa famille.

A_CINE.jpg

Un message efficace

– Toutes les paroles sont en anglais, aucune déclaration faite en arabe.

– Lorsque le bourreau commence à couper, avec son petit couteau, la gorge de James Foley, ce dernier ne montre pas la moindre réaction, pas même celle de se débattre par instinct ou pour éviter la douleur.

– Lors de l’égorgement on ne voit pas non plus une seule goutte de sang.

– L’État islamique n’est pas présenté comme un simple rassemblement de hordes islamistes en pick-up mais comme une entité puissante, qui suscite l’adhésion des masses musulmanes du monde entier :

Le bourreau :
« Vous ne combattez plus une insurrection : nous sommes une armée islamique et un État qui a été accepté par un grand nombre de musulmans dans le monde. »

Le président et le gouvernement des États-Unis sont directement mis en cause et son peuple menacé :

Foley :
« Je demande à mes amis, ma famille et ceux que j’aime de s’en prendre à mes vrais assassins, le gouvernement des États-Unis. Aujourd’hui, votre force aérienne militaire a attaqué nos positions en Irak. Vos frappes ont causé des pertes parmi les musulmans. (…) Donc, toute tentative de toi, Obama, de dénier le droit aux musulmans de vivre en sécurité sous leur califat aura pour conséquence un bain de sang de ton peuple. »

Et ce n’est pas tout : une page Facebook intitulée « Médias français : STOP AUX MENSONGES contre la Syrie » relève même une information qui n’avait jusqu’ici pas été soulevée : le “journaliste” James Foley faisait partie de l’armée américaine ayant servi en Afghanistan et a travaillé en tant qu’espion de la CIA !
Saviez-vous que 90% des journalistes occidentaux (FRANCE, ANGLETERRE, USA) seraient des agents directement liés avec les services secrets ?

CIA.jpg

Alors, qu’en dites-vous ? Simple théorie du complot ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici