Publié le | 2.42K vues | 0 commentaire

L’histoire de Leïla la musulmane qui est née à Auschwitz

Image de l'article L'histoire de Leïla la musulmane qui est née à Auschwitz
ZOOM

Pendant plus de 50 ans, l’Israélienne Leïla Jabbarine, juive convertie à l’islam, a caché son secret à sa famille musulmane : sa naissance dans le camp d’Auschwitz. Ses huit enfants et 31 petits-enfants membres de la minorité arabe d’Israël, à Oum el-Fahem, dans le nord du pays, savaient certes qu’elle était née juive sous le nom de Helen Brashatsky.

Mais ils ignoraient que Leïla, yeux bleus et peau pâle sous son voile, avait vu le jour à Auschwitz, où un million de juifs ont été exterminés par l’Allemagne nazie. "J’ai caché ma peine pendant 52 ans et la vérité sur mon passé à mes enfants et petits-enfants. Je leur ai caché ma naissance à Auschwitz et ne leur ai pas parlé de ce passé douloureux. J’attendais le moment pour le faire", explique cette femme de 70 ans. Ce moment est arrivé la semaine dernière, explique-t-elle, quelques jours avant les cérémonies marquant en Israël le jour de la Shoah rapporte le figaro .

Sa mère et son père, originaires respectivement de Hongrie et de Russie, vivaient en Yougoslavie quand ils sont déportés à Auschwitz en 1941. Un médecin du camp aide la jeune femme à accoucher de leur troisième enfant, Helen, et prend ensuite sous sa protection la famille. Il les cache chez lui, dans sa maison à l’intérieur du camp, employant sa mère comme employée de maison et son père comme jardinier. "Je me souviens des pyjamas rayés noir et blanc et des terribles passages à tabac dans le camp", confie Leïla, s’exprimant dans un mélange d’hébreu et d’arabe. Elle parle aussi le magyar et un peu de yiddish et de russe.

Trois ans après la libération d’Auschwitz en 1945, la famille Brashatsky émigre en Palestine et s’installe, après un passage dans des camps d’immigrants, à Ramat Gan, près de Tel-Aviv. Une dizaine d’années plus tard, à l’âge de 15 ans, Helen tombe amoureuse d’un jeune Arabe israélien, Ahmad Jabbarine, un ouvrier en bâtiment rencontré par hasard alors qu’il travaille sur un chantier près du domicile familial.

Elle part vivre avec lui à Oum el-Fahem, au grand dam de sa famille. "Elle s’est sauvée avec moi, elle avait 17 ans quand nous nous sommes mariés", se souvient Ahmad.

Les deux premières années, la police israélienne venait pour la ramener à sa famille à Ramat Gan mais elle revenait immédiatement ici


, ajoute-t-il.

Après deux ans de brouille, Leïla se réconcilie avec sa famille. Jusqu’à la mort de sa mère, il y a plus de vingt ans, elle avait l’habitude de passer chaque année, avec tous ses enfants, le repas traditionnel de la Pâque juive en compagnie de ses parents .

La révélation de sa déportation a été un gros choc mais elle a permis de répondre à de nombreuses questions que se posaient ses enfants, explique son fils Nader, âgé de 33 ans. "Maman pleurait toujours lors des cérémonies du jour de la Shoah en regardant la télévision israélienne", confie-t-il. Et d’ajouter : "Nous n’avions jamais compris pourquoi. On s’éclipsait pour la laisser tranquille, seule à la maison. Maintenant on comprend un peu mieux .

profil de Zineb

Auteur : Zineb

Publié le : 14/06/2019 à 11:00

Catégorie : Buzz

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous