Publié le | 4.1K vues | 0 commentaire

Dubaï : L’épouse de l’émir plaide le « mariage forcé » pour demander le divorce

Image de l'article Dubaï : L'épouse de l'émir plaide le « mariage forcé » pour demander le (...)
ZOOM

Le souverain milliardaire de Dubaï, Sheik Mohammed al-Maktoum, a partagé il y a 2 jours un poème énigmatique sur les "sabres de la douleur" alors que la Haute Cour a fixé au mois de novembre la date de sa bataille pour le divorce.

La princesse Haya Bint Al Hussein a demandé une ordonnance de protection du mariage forcé pour ses deux enfants, ce qui pourrait les empêcher d’être emmenés à l’étranger.

Aujourd’hui, la princesse Haya, âgée de 45 ans, a assisté à la deuxième journée d’audience préliminaire à la Cour royale de justice de Londres, où il a été décidé que l’audience au complet se tiendrait le 11 novembre.

Le président de la Division de la famille, Sir Andrew McFarlane, a autorisé les médias à annoncer que la princesse Haya avait demandé à être sous tutelle de leurs enfants et à obtenir une ordonnance de non-molestation.

Les détails de l’ordonnance demandée par la princesse Haya ne sont pas connus, mais elle affirme avoir fui Dubaï avec ses deux enfants pour se cacher au Royaume-Uni « dans la peur ». Le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum a demandé le « retour immédiat » de ses enfants aux Émirats arabes unis.

L’audience de mercredi aura lieu alors que Cheik Mohammed, l’un des hommes les plus riches du monde, a partagé un poème en arabe intitulé « sabres de la douleur » qui décrit la manière de surmonter les défis de la vie.

On ne sait pas si Cheikh Mohammed a écrit lui-même le poème, mais beaucoup ont prétendu que son message sur Instagram de juin visait sa femme parce qu’il contenait également les mots « trahison ».

La princesse Haya, sa sixième épouse, a été vue pour la première fois depuis des mois à la cour royale de justice de Londres.

Vêtue d’une robe, de boucles d’oreilles serties de diamants et d’un sac de designer, elle a été rejointe par la baronne Shackleton, avocate spécialisée dans le divorce, surnommée « Steel Magnolia », qui a géré la scission du prince Charles entre la princesse Diana et le divorce Paul McCartney-Heather Mills.

Le tribunal de la famille a appris que la princesse Haya avait demandé, en vertu de la loi britannique, une « ordonnance de protection du mariage forcé » pour l’un de ses enfants.

C’est conçu pour protéger les personnes susceptibles d’être « menacées d’un mariage forcé » et d’empêcher qu’elles ne soient expulsées du Royaume-Uni, selon le site Web du gouvernement. La princesse éduquée à Oxford a également demandé une « ordonnance de non-molestation » destinée à aider les victimes de violence domestique.

profil de Ayyoub Lasri

Auteur : Ayyoub Lasri

Publié le : 03/08/2019 à 14:00

Catégorie : Communauté

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous