31 mai 2018 | 3.47K vues | 0 commentaire

Guerre d’Indochine : Ces déserteurs Marocains oubliés du monde

Durant la guerre d’Indochine entre 1954 et 1964, la France enrôle de nombreux soldats Marocains pour renforcer ses troupes.
Beaucoup de Marocains meurent au combat, mais la majorité des rescapés se révolte et déserte l’armée française pour se rallier aux troupes de Ho Chi Minh lorsque le gouvernement français pousse le roi Mohamed V à l’exil.
Préférant se rallier à un pays qui comme le Maroc lutte contre la colonisation et pour son indépendance, les soldats marocains tournent le dos à la France.

A la fin de la guerre, les anciens soldats Marocains s’installent au Vietnam, épousent des vietnamiennes et fondent une famille.
Dans un film marocain de 13 minutes réalisé en 2005 par Yann Barte, on découvre les familles maroco-vietnamiennes qui ont quitté le Vietnam pour s’installer au Maroc.
« Oulad l’Viêt Nam » retrace le portrait de ces Marocains qui ont déserté l’armée française en Indochine pour rallier le Viêt-minh.

Des hommes et des femmes au parcours atypique qui ont eu la chance de s’établir dans le Royaume laissant derrière eux tant d’autres Marocains qui attendent de pouvoir à leur tour quitter le Vietnam pour le pays de leurs ancêtres
Avec l’ouverture des relations diplomatiques entre Hanoï et Rabat, ces enfants de marocains espèrent pourvoir enfin découvrir leur second pays.
En quête d’une identité, d’une attache, ils souhaitent combler un vide, que seul un retour au pays natal de leur père pourra satisfaire.

En 1972, le gouvernement marocain permet le retour au Maroc d’environ 80 combattants et leurs familles. Les enfants dont les pères sont décédés durant la guerre, n’ont malheureusement pu concrétiser leur rêve de venir fouler du pied la terre paternelle.
Parmi eux Mohammed Ben Ali, fils de Mohammed Ben Majid Ben Ali, un ancien combattant marocain mort au Vietnam. Avec son frère, Boujemâa, il fait partie de ces Marocains qui n’ont jamais pu voir le pays de leurs ancêtres.
Mohamed est aujourd’hui âgé d’une cinquantaine d’années, il est marié à une vietnamienne avec qui il a un fils. Pourtant Mohammed ne perd pas espoir.

Ces quatre dernières années, l’ambassade du Maroc a été en contact avec les autorités vietnamiennes. Depuis lors, nous essayons de trouver des documents prouvant notre marocanité

Oulad l'Viêt-Nam (Les Enfants du Viêtnam) from Yann Barte on Vimeo.

profil de Z.S

Auteur : Z.S

Posté le : 31 mai 2018

Catégorie : Communauté

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous