Publié le | 652 vues | 0 commentaire

L’attaque de la mosquée de Bayonne montre l’incroyable montée de l’islamophobie en France

Image de l'article L'attaque de la mosquée de Bayonne montre l'incroyable montée de (...)
ZOOM

Imaginez la profondeur de la haine sadique nécessaire pour tirer sur deux retraités sans défense à leur lieu de culte. La pure barbarie de l’attaque de la semaine dernière contre une mosquée à Bayonne, dans le sud-ouest de la France, avait toutes les caractéristiques d’un attentat terroriste ciblé. Armé d’une arme à feu, de bidons d’essence et de jerrycans remplis d’essence, un fanatique d’extrême droite semblait vouloir incendier tout le bâtiment, ainsi que tous les occupants, y compris les enfants.

Après avoir été surpris par les deux hommes de soixante-dix ans, le tireur aurait ouvert le feu sur les deux hommes, frappant l’un à la poitrine et l’autre au cou à bout portant. Il aurait versé de l’essence sur une des voitures des hommes alors qu’il était toujours assis à la place du conducteur avant de mettre le feu. Ce n’est que grâce à l’intervention rapide d’autres fidèles musulmans que les victimes ont été transportées à l’hôpital et ont survécu. Des témoins ont déclaré que la voiture avait été réduite à une épave noircie.

Claude Sinke, l’accusé âgé de 84 ans, a déjà été inculpé de deux tentatives de meurtre, d’incendie criminel et de crimes commis avec une arme à feu, passibles de la réclusion à perpétuité. Peut-être encore moins surprenant, il est également apparu que Sinke s’était présenté comme candidat à l’élection du Front national (maintenant renommé Rassemblement national) en 2015.

Le parti notoirement islamophobe était heureux que Sinke le représente dans son village natal de Saint-Martin-de-Seignanx, à 10 kilomètres de Bayonne. Il a remporté 17,4% des votes du conseil local - pas assez pour gagner un siège, mais une indication claire que ses opinions n’ont pas été prises au dépourvu.

Cela en dépit de nombreux indices de sa radicalisation en ligne : il publiait régulièrement du venin sur des musulmans et d’autres groupes minoritaires. Les politiciens et les fonctionnaires locaux l’ont accusé d’être un extrémiste, qu’il faut aborder avec prudence.

Sinke aurait déclaré aux procureurs qu’il avait attaqué la mosquée de Bayonne pour "se venger" des musulmans qui auraient allumé l’incendie dévastateur de la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril. La théorie du complot au sujet de la catastrophe - celle que des enquêteurs en médecine légale ont prouvée avoir été mise en place par accident - consiste à donner à boire et à manger à ceux qui étaient traditionnellement attirés par la droite française.

Le parti a été fondé et dirigé pendant des décennies par le condamné raciste, antisémite et islamophobe Jean-Marie Le Pen. Sa fille, Marine Le Pen, est actuellement à la tête du parti familial et l’a renommé Rassemblement national (Rassemblement national, RN), dans une tentative fallacieuse de désintoxiquer son image empoisonnée.

Comme prévu, Le Pen a tenté de se distancer de la terreur de Bayonne, insistant sur le fait que ce qui s’est passé était "absolument contraire aux valeurs de notre mouvement".

En fait, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Le record de la famille Le Pen dans la vie publique est imprégné de violence, en particulier contre les musulmans. Les fondateurs de leur parti, dont Jean-Marie Le Pen, ont été vaincus comme combattants de la guerre d’Algérie, qui avait vu la France perdre le joyau nord-africain de son empire colonial en 1962. Le conflit impliquait des crimes odieux et revendiquait jusqu’à un million et demi Des civils algériens vivent.

Les scandales qui ont caractérisé l’histoire du parti depuis lors, incluent des voyous skinheads qui noyaient un jeune père marocain dans la Seine après leur traditionnel rassemblement du 1er mai à Paris en 1995 - alors que Le Pen senior était en pleine campagne présidentielle. Les atrocités violentes étaient monnaie courante, même lorsque les membres du parti briguaient des postes à responsabilités et des sièges au parlement.

La semaine dernière encore, Marine Le Pen a été contrainte d’admettre qu’un candidat présélectionné qui devait se présenter aux prochaines élections municipales à Strasbourg avait passé 18 mois en prison pour avoir commis des attaques racistes contre des minorités ethniques. Dans des incidents séparés, Thibault Gond-Manteaux avait agressé deux hommes d’origine nord-africaine et mis le feu à des restaurants de restauration rapide turcs alors qu’il portait un fusil et une cagoule.

Parmi les nombreux articles de souvenirs nazis découverts par la police au domicile de Gond-Manteaux, il y avait une copie de Mein Kampf, une croix gammée, et une montre gravée de l’insigne SS. Lorsque cela a été rendu public, Gond-Manteaux a quitté le FN, mais les condamnations étaient à peine répandues.

La vérité est que l’âme noire du RN reflète une partie particulièrement malveillante de la France - un pays où les deux Le Pen ont été finalistes aux élections présidentielles ; Marine Le Pen aussi récemment qu’en 2017.

Sinke, qui vivait dans une ville pittoresque et n’avait pas d’ancien casier judiciaire, était typique des membres des masses grouillantes qui placent les musulmans au centre de tous les problèmes de la France.

Ils sont du genre à avoir soutenu le mois dernier Julien Odoul, un homme politique qui avait ordonné à une jeune mère de retirer son foulard dans un parlement régional. Odoul a affirmé qu’il défendait les valeurs de la laïcité françaises, mais que le fait que la femme n’enfreignait aucune loi - le port du foulard était autorisé dans les espaces publics - ne l’empêchait pas de l’humilier. Elle accompagnait une fête dans une école, qui comprenait son fils, et le garçon a éclaté en sanglots devant Odoul et ses collègues du parti, tout aussi voyous.

Les appels de la droite à étendre l’interdiction du port du foulard dans les écoles françaises aux accompagnateurs d’enfants en voyage éducatif se sont intensifiés à la suite de cet incident odieux, et même dans les jours qui ont suivi l’attaque de la mosquée.

Les femmes musulmanes françaises qui portent le foulard sont constamment diabolisées. En octobre, le journaliste de télévision Olivier Galzi a comparé le Hijab à un "uniforme SS" en direct.

Le discours de haine populistique est certainement devenu courant. Le commentateur préféré des médias, Eric Zemmour, compte deux condamnations pour incitation à la haine religieuse et raciale à l’encontre des musulmans et fait l’objet d’une enquête pour une troisième.

S’adressant à la chaîne de télévision CNEWS juste avant l’attaque de Bayonne, Zemmour a salué le général Thomas Bugeaud qui, selon lui, "a commencé à massacrer des musulmans et des juifs" à son arrivée en Algérie au début de la colonisation française en 1836. Zemmour a ajouté nonchalamment :

Eh bien, je suis du côté du général Bugeaud. C’est français.

Jean-Luc Melenchon, chef du parti de gauche France Insoumise, a résumé le problème quelques heures après l’attaque contre Sinke. Melenchon a appelé les personnalités publiques à « cesser d’encourager la haine », ajoutant :

À Bayonne, le harcèlement des musulmans a eu des effets. Trop c’est trop.

La maladie française de profonde méchanceté envers les musulmans a certainement trouvé sa place politique au sein de la RN. Comme l’attaque de Bayonne l’a clairement montré, elle constitue une menace bien au-delà du discours toxique.

profil de Ayyoub Lasri

Auteur : Ayyoub Lasri

Publié le : 06/11/2019 à 13:30

Catégorie : Communauté

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous