Publié le | 583 vues | 0 commentaire

Cette musulmane s’attaque aux abus sexuels sur les enfants par le biais de l’éducation

Image de l'article Cette musulmane s'attaque aux abus sexuels sur les enfants par le biais (...)
ZOOM

La violence à l’encontre des enfants englobe toutes les formes de violence à l’encontre des personnes de moins de 18 ans, quel que soit l’auteur de l’acte. Selon une étude menée en 2016, près d’un milliard d’enfants dans le monde, soit plus de la moitié des enfants âgés de 2 à 17 ans, ont été victimes de violence ou de négligence physique, sexuelle ou émotionnelle.

En outre, selon une étude réalisée en 2014 par l’UNICEF intitulée « Cachés à la vue », au moins 120 millions de filles de moins de 20 ans (1 sur 10) dans le monde ont été victimes de rapports sexuels forcés ou d’actes sexuels forcés à un moment de leur vie. Bien que les garçons soient également victimes d’abus sexuels, ils sont moins souvent victimes de violence sexuelle. Selon la même étude, les estimations mondiales de la violence sexuelle subie par les garçons n’étaient pas disponibles en raison du manque de données comparables dans la plupart des pays, car les garçons sont moins susceptibles de signaler des incidents de violence sexuelle.

Les statistiques sont accablantes et n’ont pas besoin d’être approfondies car les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’abus sexuel sur un enfant est impartial envers la race, la religion ou la culture ; c’est une pandémie répandue qui n’a apparemment pas de fin. La création d’organisations à but non lucratif, de campagnes et d’initiatives visant à sensibiliser davantage à la question de la maltraitance sexuelle d’enfants est indéniable.

Cependant, il est impératif que les individus sachent de quelle manière eux-mêmes peuvent s’efforcer d’opérer des changements et protéger les enfants de la malice pure qui est l’abus. Pour voir des résultats, des progrès sur les problèmes qui affectent notre monde aujourd’hui, nous devons investir dans l’éducation et l’utiliser comme un moyen de lutter contre la haine, les préjugés et la malveillance. Et c’est exactement ce que fait Shariea Shoatz.

Shariea Shoatz est une survivante d’abus sexuel et a consacré sa vie à défendre et à éduquer les masses en la matière. En voyageant à travers les États-Unis, elle présente aux parents et aux éducateurs des ateliers sur la détection des abus et sur le soutien et la protection des enfants. Shariea Shoatz est l’auteur d’un livre intitulé « Ma voix est mon super pouvoir » ; Un livre qui apprend aux enfants à reconnaître et à utiliser leur autonomie par rapport à leur corps et les encourage à utiliser leur voix s’ils se trouvent dans des situations dans lesquelles ils se sentent mal à l’aise ou menacés.

Le livre aborde les « Règles de sécurité du corps », une méthode qui encourage la prise de conscience du corps chez les enfants. Shoatz a estimé que pour prévenir les agressions sexuelles sur enfants, les adultes devaient comprendre l’importance de protéger les enfants. Lorsqu’elle a discuté de ce qui l’avait incitée à écrire son livre, Shoatz a déclaré :

Les parents et les gardiens ont la responsabilité de protéger les enfants contre les abus sexuels. Beaucoup veulent mais ne savent pas comment. Enseigner la sécurité du corps à travers un livre est un outil utilisé pour éduquer, responsabiliser et réduire la vulnérabilité des enfants face aux prédateurs d’agressions sexuelles.

Shariea Shoatz n’est pas étrangère au blâme de soi qui tourmente souvent les victimes d’abus sexuels quand on ne croit pas leurs expériences. « Ma voix est mon super pouvoir » est un moyen de faire en sorte que les adultes soutiennent leurs enfants lorsqu’ils expriment les mauvais traitements qu’ils ont subis. Le livre est écrit d’une manière adaptée aux enfants, ce qui en fait un outil qui peut être intégré dans un certain nombre de contextes éducatifs, y compris les écoles islamiques.

Shariea Shoatz reconnaît l’importance de la formation du personnel de l’école, ainsi que la création de la politique de tolérance zéro pour tout comportement suspect. Shoatz pense que les enfants vont commencer à se familiariser avec la sécurité des enfants à trois ans, en enseignant aux enfants d’âge préscolaire qu’il n’est pas acceptable de toucher quelqu’un de façon inappropriée.

Voir une femme noire musulmane porteur du sujet des abus sexuels sur les enfants, en particulier dans les communautés musulmanes et noires, ce n’est rien d’étonnant. Trop souvent nous avons tendance à éviter ces conversations, les citant comme inappropriées. Mais ce que nous devons comprendre, c’est que rien ne change si nous n’en parlons pas, surtout aux enfants.

Si les enfants ne sont pas conscients de leur pouvoir qu’ils ont sur leur corps, comment pouvons-nous attendre qu’ils se protègent qu’ils expriment leurs expériences ? En outre, les éducateurs et les parents doivent pouvoir détecter les signes avant-coureurs d’abus et d’agir en conséquence. Ce sont les premières mesures à prendre pour protéger les enfants et réduire les cas d’agression sexuelle d’enfants. Des personnes comme Shariea Shoatz ont déjà donné le ton. C’est nous tous de suivre leur exemple.

profil de Ayyoub Lasri

Auteur : Ayyoub Lasri

Publié le : 28/11/2019 à 13:40

Catégorie : En vrac

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous