Publié le | 7.48K vues | 0 commentaire

Dubaï : une algérienne violée pendant un entretien d’embauche

Image de l'article Dubaï : une algérienne violée pendant un entretien d'embauche
ZOOM

Un propriétaire de restaurant a été inculpé dimanche devant le tribunal de première instance de Dubaï pour avoir violé une femme dans son bureau.

Les documents de la Cour montrent que l’homme d’affaires Afghan âgé de 47 ans s’est imposé de force à la victime, une algérienne, après l’avoir invité à signer son "contrat de travail".

L’incident qui s’est produit le 22 mai a été rapporté au poste de police d’Al Muraqqabat.

La victime a raconté qu’elle avait travaillé au restaurant de l’accusé à Al Riqqa et avait été licenciée sept ou huit mois avant l’incident. Quelque temps plus tard, elle a appris que le restaurant recrutait du personnel.

À 21 heures, j’ai postulé pour un emploi là-bas et rencontré le propriétaire. Nous nous sommes assis à une table et il m’a proposé un nouvel emploi en tant que serveuse.

Elle a dit au procureur que le propriétaire lui avait alors demandé de se rendre à son bureau pour signer le contrat de travail.

Il était 22 heures alors. J’y étais déjà avant quand je suis allé signer mon précédent contrat. Dès que je suis entré dans le bureau, il a verrouillé la porte avec une clé et a commencé à me toucher et à me serrer dans ses bras.

La femme tremblait de peur. Elle lui a demandé d’ouvrir la porte et de la laisser partir, mais en vain. Il a menacé de la tuer donc elle n’a pas crié au secours, car elle craignait que l’accusé ne la tue.

L’homme l’a violée. Il ne l’a quittée que lorsqu’elle a commencé à crier alors qu’elle saignait abondamment. La victime a déclaré à l’enquêteur que l’accusé l’avait déflorée.

Le propriétaire m’a dit qu’il m’épouserait. Il est ensuite allé au coffre-fort et m’a apporté de l’argent. Je ne sais pas combien c’était. Il m’a demandé de ne pas appeler la police


, se souvient-elle.

Avant de quitter le bureau, il lui reprit l’argent et en prit une partie, lui donnant le montant restant.

Elle est retournée chez elle, à proximité, mais n’a pas trouvé sa colocataire. Un employé du restaurant l’a aidée à appeler la police plus tard.

Une policière l’a escortée jusqu’à son appartement et a saisi la somme d’argent. Des mouchoirs remplis de sang ont également été trouvés dans son sac à main. Elle a dit à la police qu’elle était restée dans ce bureau pendant environ une demi-heure.

Un lieutenant de police, qui s’est rendu sur les lieux du crime après avoir reçu la plainte, a déclaré : "La victime pleurait, paraissait nerveuse et effrayée. Je n’ai alors pas vu de marques de blessures apparentes sur son corps. Elle nous a raconté comment elle avait été violée.". Le violeur présumé a démenti les affirmations de la femme, affirmant que "elle mentait car elle voulait de l’argent".

Le lieutenant a souligné que les experts légistes ont recueilli des preuves de la scène du crime. "Nous n’avons pas vu de sang. Le propriétaire a dû tout laver"

Le procès se poursuivra le 25 septembre.

profil de Ayyoub Lasri

Auteur : Ayyoub Lasri

Publié le : 02/09/2019 à 17:30

Catégorie : En vrac

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous