20 octobre 2017 | 2.55K vues | 0 commentaire

10 terroristes présumés arrêtés pour un projet d’attentat contre des mosquées et des hommes politiques

Image de l'article 10 terroristes présumés arrêtés pour un projet d'attentat contre des (...)
ZOOM

A force de relayer en boucle une actualité toujours plus accablante sur les arrestations en série de terroristes, nous en avons presque oublié que les attentats peuvent être fomentés par d’autres que des présumés « musulmans ».
Et de temps en temps les forces de l’ordre lâchent la bride aux musulmans pour se concentrer sur de vrais extrémistes prêts à tout pour arriver à leurs fins.

Nous apprenons qu’un vaste coup de filet a été opéré le 17 octobre dernier, non pas dans les milieux « islamistes » comme à l’accoutumée mais dans ceux de l’extrême droite radicale qui a eu le temps de s’organiser depuis que les attentats ont accaparés toute l’attention des autorités et des agents de la force publique.
Dix personnes âgées de 17 à 25 ans suspectées de préparer des attentats contre des mosquées et des hommes politiques français ont été interpellées.
Neuf hommes, dont trois mineurs et une femme ont été placés en garde à vue pour « association de malfaiteurs terroristes ».

Des individus qui seraient «  en lien  » avec Logan Alexandre Nisin 21 ans, un ancien militant de l’Action Française Provence. L’homme est bien connu des services de police, il a été interpellé en juin dernier à Vitrolles et placé en détention provisoire dans le cadre d’une enquête où il est soupçonné d’avoir projeté un attentat contre des hommes politiques et des mosquées. Fan inconditionnel du terroriste norvégien Anders Breivik, l’individu était surveillé de prêt par la police qui pense qu’il serait le cerveau de l’affaire.
Les terroristes avaient pour cibles des mosquées, des migrants et des hommes politiques tels Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castener le porte-parole du gouvernement.

Nisin avait fait savoir sur les réseaux sociaux qu’il comptait passer à l’action contre des « blacks », « racailles », « djihadistes » et des « migrants ». Un projet baptisé selon Le Monde qui lui avait consacré un long portrait, « OAS », sigle de l’Organisation de l’armée secrète responsable d’une campagne sanglante contre l’indépendance de l’Algérie dans les années ’60.
Le terroriste décrit par les médias comme un chaudronnier intérimaire, célibataire au passé douloureux après avoir été le bouc émissaire de ses camarades de classe à cause d’un tic à l’œil s’apprêtait à mettre le pays à feu et à sang.

Mais c’est connu les « terroristes » blancs n’existent pas.

profil de La rédaction

Auteur : La rédaction

Posté le : 20 octobre 2017

Catégorie : En vrac

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous