Publié le | 1.35K vues | 0 commentaire

La première série originale en arabe « Jinn » de Netflix fait polémique

Image de l'article La première série originale en arabe « Jinn » de Netflix fait polémique
ZOOM

En ligne depuis jeudi dernier, la première série originale en arabe partagée sur la plateforme Netflix suscite la controverse en Jordanie. Un procureur jordanien a demandé de la division chargée de la lutte contre la cybercriminalité du ministère de l’Intérieur de la Jordanie de mener une enquête sur la série car elle est accusée de contenir «  des scènes immorales ».

La série, qui porte le nom de « Jinn  » a été tournée en Jordanie et s’étale sur cinq épisodes. Elle met en scène une jeune fille qui libère involontairement un bon et un mauvais Jinn, créatures dotées de pouvoirs surnaturels, qui vont transformer son lycée en champ de bataille.

La polémique autour de cette série porte sur l’héroïne Mira, interprétée par l’actrice Salma Malhas, qui a embrassé deux garçons dans deux scènes différentes. Ces scènes ont choqué une partie du public jordanien et s’explique par le fait que la Jordanie est un pays très conservateur. Jinn est aussi vivement critiquée par les spectateurs qui estiment que le langage employé dans la série est trop grossier.

Après sa mise en ligne sur la plateforme de streaming Netflix, un procureur a appelé l’unité de cybercriminalité à prendre « les mesures nécessaires immédiatement pour arrêter l’émission » en raison de ses « scènes immorales  ».

La Commission des Médias jordanienne a publié un communiqué dans lequel elle indique qu’elle n’avait aucun contrôle sur la production de la série. Elle a aussi ajouté que son rôle en tant que censeur d’État ne s’appliquait pas au champ des plateformes de diffusion en continu, dont Netflix fait partie. Le Royal Film Commission, gérée par l’État jordanien, a aussi affirmé qu’elle ne pouvait prendre aucune disposition dans cette affaire.

Quant à Netflix, la plateforme a réagi à la polémique de son côté sur Twitter en la qualifiant de « vague d’intimidation  » et en ajoutant que la série Jinn traitait de « thèmes universels qui peuvent être considérés comme provocants ».

profil de Ghita Jazouli

Auteur : Ghita Jazouli

Publié le : 17/06/2019 à 19:40

Catégorie : En vrac

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous