Publié le | 4.43K vues | 0 commentaire

Le jour où le calife Omar Ibn al-Khattab (ra) fut assassiné par un chrétien..

Image de l'article Le jour où le calife Omar Ibn al-Khattab (ra) fut assassiné par un (...)
ZOOM

Lors du vingt troisième de l’hégire Omar Ibn al-Khattab (radi allahu anhu) fit le pèlerinage de la Mecque.

Il emmena avec lui toutes les femmes du Prophète (salla allah alayhi wa salam) et paya les dépenses de leur voyage sur le trésor public. Lorsqu’il rentra à Médine vers la fin de l’année il fut assassiné et obtint la mort du martyre de la main d’un esclave de Moghîra fils de Scho’ba nommé Firouz et surnommé Abou Loulou.

Ce Fîrouz était un esclave abyssin et chrétien. Il exerçait le métier de charpentier. Moghîra exigeait de lui une redevance de deux dirhams par jour.
Cet esclave vint un jour trouver Omar qui était en compagnie de quelques personnes et lui dit :

Prince des croyants Moghîra fils de Scho’ba m’a imposé une redevance trop lourde que je ne puis payer ordonne qu’il la diminue.
De combien est elle ? demanda Omar.
De deux dirhams par jour.
Que sais-tu faire ? demanda de nouveau le calife.
Je suis répondit l’esclave charpentier peintre graveur et je connais aussi le forgeage.

Omar dit : Puisque tu sais tant de métiers deux dirhams ne sont pas trop. On me dit que tu prétends pouvoir faire un moulin qui serait mis en mouvement par le vent.
En effet répondit Abou Loulou
Fais-moi un tel moulin dit de nouveau le calife.
L’esclave répondit : “Si je reste en vie je te ferai un moulin dont on parlera dans le monde entier de l’orient à l’occident”.
Puis il partit Omar dit : “Cet esclave vient de me faire des menaces de mort”.

Le lendemain Ka’b al Ahbàr vint trouver le calife et lui dit : «  Prince des croyants fais ton testament car il ne te reste que trois jours à vivre  ».

«  Comment le sais-tu ?  » demanda Omar, «  as tu trouvé dans le Pentateuque le nom d’Omar fils de Khattàb ? »

Ka’b répondit : “ Je n’y ai pas trouvé ton nom mais ta description avec celle du Prophète il y est dit que tu seras son vicaire et combien de temps durera ton règne. Or ton temps finit dans trois jours .”
Omar fut très étonné de ces paroles car il ne sentait en son corps ni douleur ni maladie.

Cette aventure eut lieu au mois de dsou l hiddja de l’an 23 de l’hégire après le retour d’Omar du pèlerinage.
Quatre jours avant la fin du mois de dsou l’hiddja vers l’aurore, Omar se rendit à la mosquée pour la prière. Les compagnons du Prophète (salla allah alayhi wa salam) étaient tous présents et rangés en files.

Abou Loulou s’était placé au premier rang. Il avait un couteau abyssin un couteau double dont le manche est au milieu avec un tranchant à chaque bout. Les Abyssins se servent de ces couteaux pour pouvoir frapper dans deux directions vers la droite et vers la gauche.

Il faisait encore sombre lorsque Omar passa devant Abou Loulou qui se précipita sur le calife et le frappa de six coups de couteau à droite et à gauche du corps sur le bras et sur le ventre et un coup au dessous du nombril coup qui fut mortel. Après avoir accompli cet acte, Fîrouz s’enfuit.

Tombé à terre, Omar demanda si Abd er-Rahmàn fils d’Auf était présent dans l’assemblée. Sur la réponse affirmative des assistants, il invita Abd er-Rahmàn à présider la prière. Puis on le porta dans sa maison

Après le refus de Abd er Rahmàn de reprendre sa succession, il le chargea de faire venir quatre compagnons du Prophète (salla allah alayhi wa salam) à qui il dit :

Le Prophète au moment de quitter ce monde était satisfait de vous il ne faut donc pas que vous soyez privés de cette succession. Délibérez pendant les trois jours qui suivront ma mort avec Talha s ‘il peut être présent sinon à vous quatre pour choisir l’ un d’entre vous à qui vous imposerez la charge du gouvernement et jusqu’à ce que vous soyez tombés d’accord engagez Çohaïb à présider la prière des musulmans .

Je recommande à celui qui aura été choisi d’être bienveillant envers les Ançàr, qui sont de la famille du Prophète je lui recommande de traiter avec bonté les Arabes qui sont la force de l’islamisme et de reconnaître les droits qu’ils se sont acquis je lui recommande aussi la bienveillance envers les spectateurs d’autres religions car nous leur avons accordé le contrat de Dieu et du Prophète et ils nous payent tribut .

profil de Zoubida Salhoume

Auteur : Zoubida Salhoume

Publié le : 31/05/2019 à 12:00

Catégorie : En vrac

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous