Publié le | 2.92K vues | 0 commentaire

Scandale : les « vacances gâchées » de touristes belges en Tunisie à cause des migrants

Image de l'article Scandale : les « vacances gâchées » de touristes belges en Tunisie à cause des (...)
ZOOM

C’est un scandale qui montre toute l’indécence dont peuvent faire preuve les humains. La chaîne de télévision belge RTL-TVI a diffusé ce 12 juillet son journal télévisé de 13 heures quotidien. Sauf que la présentatrice a démarré par ces propos :

Un début de vacances raté pour Charlotte. La Liégeoise venait d’arriver à Zarzis, en Tunisie, et elle a découvert un cadavre sur la plage.

Le « JT » informe ensuite que huit touristes belges se seraient plaints d’avoir eux aussi vu des cadavres sur la plage et ont demandé de changer d’hôtel.

Un début de vacances raté à cause d’un cadavre de migrant sur la plage... Mais comment peut-on parler des « vacances de Charlotte » lorsqu’un migrant, dont le corps a été rejeté par la mer, gît sur cette plage de Zarzis, sans vie ?

Le traitement de cette affaire est écœurant et des milliers de commentaires l’ont dénoncé sur les réseaux sociaux. Une psychologue belge a d’ailleurs rédigé la tribune « Ces migrants qui gâchent nos vacances : l’indécence à son comble » soutenue par près d’un millier de signataires.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) de Belgique a ouvert une enquête concernant ces propos qui ont scandalisé les Belges et les Tunisiens après avoir saisi de « de nombreuses plaintes » dénonçant « une potentielle atteinte à la dignité humaine des personnes migrantes ».

Ces plaintes questionnent également le traitement de l’information dans la séquence, qui aurait pour effet de déshumaniser ces personnes

« Un dossier d’instruction » a été ouvert et le Conseil de déontologie journalistique (CDJ) doit rendre sa décision dans un délai de 90 jours.

profil de Youcef Acheuk

Auteur : Youcef Acheuk

Publié le : 17/07/2019 à 14:21

Catégorie : En vrac

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous