Publié le | 1.91K vues | 0 commentaire

Une policière musulmane indemnisée 185.000 dollars après l’interdiction de son Hijab

Image de l'article Une policière musulmane indemnisée 185.000 dollars après l'interdiction de (...)
ZOOM

Sharon Roop, officier de la police spéciale de la réserve, qui a obtenu le droit de porter son hijab en novembre dernier, s’est vue octroyer 185.000 dollars par la Haute Cour pour violation de ses droits constitutionnels.

La juge Margaret Mohammed a rendu l’ordonnance au tribunal de la justice de Port of Spain aujourd’hui, lorsque l’affaire a été rappelée pour une audience relative à l’évaluation des dommages et intérêts.

L’agent s’est vu accorder en dommages-intérêts, dont des dommages-intérêts majorés d’un montant de 125.000 $ et des dommages-intérêts vindicatifs de 60 000 $.

Son équipe d’avocats, dirigée par l’avocat principal Anand Ramlogan, avait tenté de convaincre le tribunal que le montant de l’indemnité à verser à l’agent devait être compris entre 200.000 et 250.000 dollars à titre de dommages-intérêts compensatoires et entre 300.000 et 350.000 dollars en dommages-intérêts vindicatifs.

Mais l’État a résisté à ces arguments de ses avocats, affirmant que toute indemnisation devait être subordonnée aux faits et ne devait pas dépasser ce qui était nécessaire pour reconnaître et valoriser l’importance des droits constitutionnels de Roop et de « sa détresse émotionnelle, sa douleur, son angoisse et le dérangement « après avoir été empêchée de porter son Hijab au travail. »

L’affaire a débuté après que Roop eut écrit à l’ancien commissaire de police, Stephen Williams, lui demandant de lui permettre de porter son Hijab avec son uniforme de police, mais cette demande avait été ignorée pendant environ deux ans.

C’est après avoir quitté le bureau du commissaire qu’elle a retenu les services du conseiller juridique principal Anand Ramlogan, qui a à son tour envoyé une lettre de protocole de pré-action au bureau du commissaire.

Cependant, aucune réponse favorable n’a été reçue et une action en justice a ensuite été intentée devant la Haute Cour.

Dans sa décision de novembre dernier, la juge Mohammed a conclu que les droits constitutionnels de Roop avaient en fait été violés par son refus de porter son hijab en uniforme.

Le juge avait également annulé la règle établie de longue date contre les casques de sécurité des agents de la force publique.

Dans sa décision, le juge Mohammed a déclaré que l’intention des rédacteurs de la Constitution était de "créer une société pluraliste" dans laquelle les symboles religieux seraient autorisés.

profil de Ayyoub Lasri

Auteur : Ayyoub Lasri

Publié le : 27/11/2019 à 13:00

Catégorie : En vrac

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous