Publié le | 1.55K vues | 0 commentaire

Boris Johnson critique l’Islam qu’il juge être un frein pour les musulmans

Image de l'article Boris Johnson critique l'Islam qu'il juge être un frein pour les (...)
ZOOM

Boris Johnson a été vivement critiqué après avoir soutenu que l’Islam a maintenu le monde musulman « des siècles derrière » l’Occident, dans un essai publié en 2007.

Le leader conservateur n’était pas à son premier coup d’essai, déjà, en 2006, dans son livre, Le Rêve de Rome, il avait évoqué l’idée selon laquelle l’islam serait un frein au progrès et au développement. Il argua le fait que dans certaines régions du globe, le « grief musulman » a été un facteur dans pratiquement tous les conflits.

Les écarts de langage de l’ancien maire de Londres n’en finissent pas, en témoigne une colonne du Telegraph où il compare les femmes portant la burqa à des « boites aux lettres » et à des « voleuses de banque ».

S’érigeant tantôt en philosophe, où il questionne l’absence de la démocratie dans le monde musulman :

Il doit y avoir quelque chose en islam qui aide en effet à expliquer pourquoi il n’y avait pas de montée de la bourgeoisie, pas de capitalisme libéral et donc pas de propagation de la démocratie dans le Monde musulman

tantôt en historien, où il ose un parallèle douteux entre l’empire byzantin et l’empire ottoman, :

Il est extraordinaire de penser que sous l’empire byzantin, la ville de Constantinople a gardé la bougie de l’apprentissage allumée pendant mille ans, et que sous la domination ottomane, la première presse à imprimer n’a été vu à Istanbul qu’au milieu du 19ème siècle.

Boris Johnson, se pense être un fin observateur du monde musulman, alors qu’il n’est qu’un ignorant et un égaré.

Certaines voix se sont élevées au Royaume-Uni pour dénoncer le discours de Johnson à l’instar de Tell Mama, qui met l’accent sur un manque de compréhension de la religion. Le Conseil musulman de Grande-Bretagne s’est lui aussi prononcé en se demandant si le favori pour devenir le prochain Premier ministre pensait toujours que « l’islam inhibe intrinsèquement le chemin vers le progrès et la liberté ». Mohammed Amin, ancien président du Forum musulman, a déclaré, quant à lui, que l’analyse de Johnson risquait de « promouvoir activement la haine des musulmans »


profil de Sabrine Lakhram

Auteur : Sabrine Lakhram

Publié le : 17/07/2019 à 10:00

Catégorie : Politique

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous