Publié le | 6.98K vues | 0 commentaire

Insultée de « boîte aux lettres », une cliente musulmane est priée de continuer à « faire ses courses »

Image de l'article Insultée de « boîte aux lettres », une cliente musulmane est priée de continuer (...)
ZOOM

Shamim, une femme musulmane qui affirme avoir été qualifiée de "boîte aux lettres" par un client d’un magasin « Morrisons » affirme que le personnel lui a dit de "juste continuer à faire ses courses" après s’être plainte de l’abus islamophobe.

L’injure, dirigée contre les femmes musulmanes qui choisissent de porter le voile intégral (Niqab), a été rendu célèbre l’année dernière lorsque l’actuel Premier ministre Boris Johnson l’a utilisé dans une colonne du journal The Telegraph et a ensuite été forcé de s’excuser.

Mais Shamim affirme que lorsqu’elle a rapporté l’incident au personnel, on lui a dit que celui-ci était minime et qu’il fallait « continuer à faire ses courses ».

Shamim a déclaré qu’elle avait affronté son agresseur après avoir été insultée.
Elle a confié : « Cet homme a dit« une boîte aux lettres » en passant devant moi, ce qui était fort et clair. »

Je devais défier cet individu sinon il s’en tirerait comme ça. Je me suis approché de lui et lui ai demandé pourquoi il m’appelait ce mot raciste.
Il était complètement abasourdi et a regardé ailleurs, comme s’il était gêné.

Quand je lui ai dit que j’avais pris une photo de lui, il avait l’air très choqué et je ne savais pas quoi faire.

_

J’ai donc continué à le défier jusqu’à la comparution d’un membre du personnel et je leur ai raconté ce qui s’était passé


, a-t-elle ajouté.

Mais quand plusieurs membres du personnel sont arrivés pour savoir ce qui se passait, Shamim affirme avoir minimisé l’incident. Lorsque Shamim a déclaré qu’elle avait enregistré sur son téléphone une séquence vidéo de cet homme pour l’adresser directement à la police, le membre du personnel de Morrisons aurait déclaré à Shamin qu’elle « violait les droits de cet homme ».

Shamim a déclaré :

J’ai de nouveau expliqué ce qu’il m’a dit, mais l’homme était plutôt défensif et a commencé à le nier.

Le personnel ne m’a pas vraiment donné la chance de parler et m’a dit de continuer à faire les courses car c’est sa parole contre la mienne.

Le directeur du magasin a déclaré à Shamim que le commentaire de cet homme était « subjectivement » offensant, a-t-elle déclaré. Bien que l’homme aurait de nouveau tenté de l’insulter, un responsable aurait continué à dire à Shamim qu’il n’avait pas le pouvoir de régler l’incident.

Shamim a déclaré : « Avant que l’homme ne soit déplacé rapidement, accompagné d’un membre du personnel, il était sur le point de commenter quelque chose concernant « la Grande-Bretagne… », mais il s’est éloigné assez rapidement.

J’ai contesté la soi-disant responsabilité des personnes sur les raisons pour lesquelles l’homme avait été éloigné avant qu’il ne dise quelque chose d’encore plus offensant, mais elles ont continué à faire preuve de dédain et m’ont dit de continuer à faire mes courses, et qu’elles ne pouvaient rien faire.


_

Je suis profondément préoccupée par l’approche de Morrisons, car il s’agit d’un supermarché très diversifié et de nombreux musulmans y font leurs courses et y travaillent


, a-t-elle ajouté.

Morrisons a déclaré que son personnel était « incapable d’intervenir » car il n’avait pas été témoin de l’incident.

Un porte-parole de Morrisons a déclaré :

Nous ne tolérons pas le langage raciste dans nos magasins. Nos collègues de magasin n’ont pas assisté à l’incident allégué et n’ont donc pas pu intervenir car les deux clients avaient des versions différentes de ce qui s’était passé.

Utiliser des insultes à caractère raciste ou un langage islamophobe est un crime de haine au Royaume-Uni, et les citoyens sont encouragés à signaler les incidents à la police.

profil de Ayyoub Lasri

Auteur : Ayyoub Lasri

Publié le : 26/08/2019 à 12:30

Catégorie : Politique

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous