Israël bombarde Gaza pour le 10e jour consécutif

Hier marquait le dixième jour consécutif des bombardements israéliens sur Gaza, où deux millions de Palestiniens vivent avec des approvisionnements limités en nourriture, en électricité et en eau pendant des années, car aucun État arabe n’est intervenu pour condamner la campagne de Tel Aviv.

Alors que Abu Dhabi, riche en gaz du Golfe, a conclu la paix avec Israël la semaine dernière, les Gazaouis en Palestine ont été bombardés tous les jours au cours des dix derniers jours.

Le Moyen-Orient s’est réveillé à l’annonce d’un accord de paix controversé entre les Émirats arabes unis et Israël il y a une semaine alors que les habitants de la bande de Gaza, qui est la seule enclave non sous occupation israélienne, se sont réveillés un autre jour avec des bombes venant d’Israël.

Aujourd’hui marque le dixième jour consécutif des bombardements israéliens sur Gaza, où deux millions de Palestiniens vivent avec des approvisionnements limités en nourriture, en électricité et en eau pendant des années, car aucun État arabe n’est intervenu pour condamner la campagne de Tel Aviv.

«Au cours des 10 derniers jours, Israël a bombardé Gaza chaque nuit, terrorisant la population. En outre, la seule centrale électrique qui subsiste est à court de carburant, plongeant la minuscule bande dans l’obscurité et ayant un impact sur tous les aspects de la vie normale », a déclaré Kamel Hawwash, commentateur et professeur anglo-palestinien, vice-président de la Conseil politique palestinien britannique (BPPC).

Alors qu’Israël et ses alliés arabes se sont occupés à normaliser leurs relations avec l’État, Tel Aviv a fait du bombardement quotidien des Palestiniens la nouvelle norme au Moyen-Orient.

«Le récent accord pour normaliser les relations entre Israël et les Émirats arabes unis n’a pas apporté la paix dans la bande mais a plutôt aggravé une existence déjà terrible», a déclaré Hawwash à TRT World.

Si la bande de Gaza n’est pas occupée par Israël, elle est soumise à un siège israélien intense depuis juin 2007.

L’attentat à la bombe n’a fait aucun décès mais sept blessés ont été signalés à ce jour. Les zones agricoles, les infrastructures civiles et même les écoles ont été ciblées lors des frappes aériennes israéliennes.

Un rapport de l’ONU de 2012 prévoyait que Gaza finirait par devenir «invivable» d’ici 2020 si les tendances actuelles se poursuivaient. En 2020, lorsque le coronavirus mortel frappe non seulement la Palestine, qui dispose d’un équipement médical et d’un personnel inadéquats pour lutter contre la pandémie, mais frappe également le monde entier, le niveau de vie des Gazaouis a encore baissé.

Mais sous le Premier ministre extrémiste Benjamin Netanyahu, Israël, qui a connu trois élections peu concluantes au cours des 12 derniers mois, n’a pas arrêté de battre Gaza.

«En plus des épreuves provoquées par un siège de 14 ans et trois guerres majeures, Israël choisit de s’en prendre régulièrement à lui, y compris pour des raisons politiques», a déclaré Hawwash.

Tant les Israéliens que leurs nouveaux alliés arabes ont ignoré le sort des Palestiniens alors qu’ils continuaient à célébrer le nouvel accord de paix, qui n’offre rien aux Palestiniens.

«Une vraie paix ne pourra être obtenue que lorsque les aspirations du peuple palestinien à la liberté, à la justice et à l’égalité se réaliseront, y compris la levée du siège de Gaza et la fin de l’utilisation de 2 millions de Palestiniens comme football politique entre les mains de Netanyahu», a conclu Hawwash. .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici