Israël en état d'alerte face aux craintes de représailles iraniennes

La chaîne Channel 13 a rapporté cette semaine que les forces armées israéliennes avaient relevé leur état d’alerte dans la région nord près de la frontière libanaise, craignant des représailles iraniennes pour l’explosion de l’installation nucléaire.

Selon le rapport de Channel 13 ce matin, Israël a décidé de relever l’état d’alerte dans la région du nord face à la fois à la Syrie et au Liban, craignant des représailles iraniennes pour ce qui a été attribué à Israël comme la raison des récents attentats à la bombe contre le réacteur nucléaire de Natanz.

La chaîne d’information a cité le commandant du 13e régiment de la brigade Golani, le lieutenant-colonel Avi Marciano, selon lequel ses forces avaient senti une possible confrontation le long de la frontière et que le Hezbollah collectait des informations sur ses forces dans la région nord.

La chaîne a souligné que le Hezbollah avait les motifs de la guerre, en particulier après l’assassinat du commandant iranien de la Force Qods, le major-général Qassem Soleimani, ainsi que les frappes attribuées à Israël en Iran, notant que cet été est caractérisé par incertitude.

Bien que l’Iran n’ait pas divulgué de détails sur son enquête sur l’explosion de l’installation nucléaire de Nahtanz, plusieurs responsables à Téhéran ont déjà mis en garde contre les représailles s’il est révélé qu’elles ont été causées par une force extérieure.

Le chef de l’Organisation iranienne de défense civile, Ghulam Reza Jalali, a annoncé que « Téhéran n’exclut pas les actions de sabotage des groupes d’opposition ni les cyberattaques américaines ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici