Publié le | 1.29K vues | 0 commentaire

L’administration Trump nomme un érudit musulman conseiller en droits de l’Homme

Image de l'article L'administration Trump nomme un érudit musulman conseiller en droits de (...)
ZOOM

Hamza Yusuf, un éminent érudit musulman né aux États-Unis, fait l’objet de vives critiques pour avoir accepté de faire partie d’un panel de 10 membres choisis par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo pour examiner le rôle des droits de l’Homme dans la politique étrangère américaine.

Pompeo a dévoilé lundi la "Commission des droits inaliénables" :

affirmant qu’elle était composée d’experts en droits de l’homme de "divers horizons et croyances" et qu’elle avait été chargée de réexaminer "e rôle des droits de l’homme dans la politique publique américaine".

Les critiques ont également visé la nomination de Mary Ann Glandon, professeure de droit à Harvard, ancienne ambassadrice américaine au Vatican, qui a dirigé les initiatives contre l’avortement en tant que droit international humain à la conférence ONU-Femmes de 1995 à Beijing.

Usaama al-Azami, chargé de cours en études islamiques à l’université de Princeton aux États-Unis, a déclaré que la décision de Yusuf de travailler avec l’administration Trump était un "développement troublant de l’islam occidental".

Pour l’un des savants islamiques les plus reconnaissables et jadis presque universellement reconnus de l’Occident, associer son parti à l’administration la plus vénale et islamophobe de l’histoire américaine sera considéré par de nombreux musulmans comme une erreur impardonnable qui ne sera pas facilement oubliée


, Al-Azami a déclaré à Middle East Eye.

C’est bien pire que ses conseils à l’administration Bush à la suite des événements tragiques du 11 septembre. C’était à l’époque où la plupart des musulmans ont voté républicain.

_

Depuis les attentats du 11 septembre, le parti républicain s’est progressivement transformé en un parti islamophobe par excellence, dont le point culminant a été la présidence de Donald Trump

Walaa Quisay, chargée d’enseignement à l’Université de Birmingham et spécialisée dans le néo-traditionalisme islamique et les enseignements de Hamza Yusuf, a déclaré qu’elle n’était pas surprise de sa décision de faire partie du panel.

Elle croit que l’allégeance étroite de Yusuf au cheikh Abdullah Bin Bayyah et son rôle de vice-président du Forum pour la promotion de la paix dans les sociétés musulmanes, organisme religieux financé par les Émirats arabes unis, ont joué un rôle dans la prise de position qu’il a prise au cours des années.

Au fil des ans, Hamza Yusuf a centralisé l’idée de stabilité et de gouvernement en tant qu’idéal central et que les musulmans ne doivent pas s’engager politiquement mais veiller à ce que leurs cœurs soient purs. Mais lorsque les gouvernements utilisent ensuite ce récit pour affirmer la suprématie de l’État et du régime alors cela devient un problème


, a déclaré Quisay à MEE.

Le rôle religieux et politique de Yusuf au sein des Emirats Arabes Unis en a fait un acteur international. Il a commencé à le devenir avant sa nomination officielle en tant que vice-président et explique dans une large mesure sa volonté de s’allier à la droite politique en Amérique

Le Zaytuna College, cofondé par Yusuf, n’a pas répondu aux demandes de commentaires au moment de la rédaction.

profil de Zoubida Salhoume

Auteur : Zoubida Salhoume

Publié le : 16/07/2019 à 18:00

Catégorie : Politique

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous