13 février 2018 | 9.9K vues | 3 commentaires

Des députés anglais accusent l’état hébreu de tortures et de crimes de guerre

Image de l'article Des députés anglais accusent l'état hébreu de tortures et de crimes de (...)
ZOOM

Les témoignages et les images d’enfants Palestiniens brutalisés par les forces occupantes se sont multipliés ces derniers mois dans une relative indifférence. Toutefois des députés britanniques, forcés de constater que leur silence complice ne pouvait que se retourner contre eux un jour ou l’autre, ont accusé « Israël » de « tortures » » et de «  crimes de guerre » contre les enfants et adultes Palestiniens.

Une accusation certes mais qui arrive bien tard alors que des centaines d’enfants et des milliers d’adultes Palestiniens ont été exterminés par l’occupant sioniste. Exécutés sommairement, tués lors des nombreux bombardements ou laissés sans soins alors qu’ils étaient malades, les Palestiniens ont payé un lourd tribut au terrorisme d’Etat sioniste.
C’est lors d’un débat parlementaire sur «  la détention des mineurs Palestiniens par les forces israélienne  », organisé au palais de Westminster que les députés britanniques ont appelé à mettre fin aux mauvais traitements et aux abus commis contre les mineurs emprisonnés par le colonisateur.

Ils ont dénoncé les régulières violations du droit international par le régime israélien. Des droits qui dictent les règles de conduite à adopter en période de conflits armés. Ce que les députés semblent avoir oublié, c’est qu’il ne s’agit pas d’un conflit armé. Comment parler d’armes lorsque des civils des hommes, des femmes et des enfants désarmés sont confrontés à une armée de terre, une marine et une force aérienne surarmées, à plus de 2.600 chars de combat, 370 avions de combat et près de 200.000 soldats prêts à tout ?

Le débat organisé par la députée travailliste, Sarah Champion devant les députés de tous les partis représentés au parlement avait pour objectif de dénoncer le calvaire infligé aux enfants détenus dans les prisons israéliennes. La députée a déclaré que ces mauvais traitements sont «  généralisés, systématiques et institutionnalisés tout au long du processus de l’arrestation jusqu’à la poursuite de l’enfant et sa condamnation ».
Elle est revenue sur les témoignages « terrifiants » d’enlèvements nocturnes des Palestiniens et les aveux soutirés sous la torture «  physique et psychologique », tout en soulignant que :

Quatre enfants palestiniens détenus sur cinq n’ont pas accès à un avocat avant l’interrogatoire par les forces d’occupation israéliennes

Les transferts de détenus adultes et enfants de Cisjordanie vers des prisons situées à l’extérieur des territoires occupés ont aussi été abordés par les intervenants. Qualifiés de «  crime de guerre  », les transferts violent «  l’article 76 de la Quatrième Convention de Genève » ».
La députée Marsha De Cordova a, pour sa part, déclaré qu’il était « clair » que le

système israélien est conçu pour réprimer, écraser et intimider les palestiniens, génération après génération

Elle a ajouté exprimer toute sa « solidarité » à la jeune militante Ahed Tamimi, arrêtée en décembre dernier par les forces occupantes en déclarant :
Le ministre Burt a pour sa part rappelé que le gouvernement britannique «  a demandé à plusieurs reprises et publiquement à Israël de remplir ses obligations juridiques internationales  ».

profil de Z.S

Auteur : Z.S

Posté le : 13 février 2018

Catégorie : Politique

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

3

Avis