17 juillet 2018 | 4.2K vues | 0 commentaire

Hadith du jour : Trois choses suivent le mort..

Image de l'article Hadith du jour : Trois choses suivent le mort..
ZOOM

D’après Anas Ibn Malik (radi allahu anhu), le Prophète (Salla Allah alayhi wa salam) a dit :

Il y a trois choses qui suivent le mort, deux reviennent et une seule reste : sa famille, son argent et ses actes. Sa famille et son argent reviennent tandis que ses actes restent . (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6514 et Mouslim dans son Sahih n°2960)

Selon Abû Hurayrah, qu’Allah l’agrée, le Prophète (Salla Allah alayhi wa salam) a dit :

Quand le fils d’Adam meurt, son œuvre s’arrête sauf dans trois choses :
- Une aumône continue.
- Une science dont les gens tirent profit.
- Un enfant pieux qui invoque pour lui.
(Rapporté par Muslim. Hadith n°1383 dans Riyâdh As-Sâlihîn)

Ce hadith nous incite à accomplir de bonnes œuvres car personne ne sait quand la mort va le surprendre. Il doit donc se hâter de faire de bonnes actions avant que ne cessent ses œuvres, qui vont élever sa récompense et son rang auprès d’Allah Exalté soit-Il.
Il est connu qu’aucun de nous ne sait ni quand ni où il va mourir, conformément à ce qu’Allah Soubhana wa ta’ala dit :

Et personne ne sait ce qu’il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra. (Luqmân, verset 34)

«  Son œuvre s’arrête  »
Cela englobe toute œuvre qui ne sera plus inscrite ni en sa faveur ni en sa défaveur une fois mort car il est passé dans la demeure de la rétribution.

«  Une aumône continue  »
La personne fait aumône d’une chose qui demeure. Parmi ces choses :

  • La construction des mosquées est une aumône continue car la récompense de celui qui les bâtit demeure tant qu’elles existent, nuits et jours.
  • Le legs d’un logis (ou terre), pour les pauvres et les démunis, ou les combattants dans la voie d’Allah...
  • Réparer des routes fait aussi partie des aumônes continues : si une personne répare des routes, en écarte les obstacles, et que les gens continuent à en profiter, alors cela fait partie des aumônes continues.
La règle dans les aumônes continues est : toute œuvre pieuse qui perdure pour les gens après lui.

«  Une science dont les gens tirent profit  »
La personne laisse derrière elle une science dont profitent les Musulmans. L’écriture d’un livre, enseigner aux gens, l’échange de connaissances : tant que tout cela perdure, la récompense de celui qui les a enseignés continue car les gens profitent de cette science léguée.

«  Un enfant pieux qui invoque pour lui »
« Un enfant » qu’il soit un fils ou une fille. Un enfant pieux qui invoque pour la personne après sa mort fait aussi partie des choses par lesquelles la personne est récompensée.
Et observez bien ce que le Prophète (Salla Allah alayhi wa salam) a dit : «  Un enfant pieux qui invoque pour lui ».
Si le Prophète (Salla Allah alayhi wa salam) avait dit que les aumônes sorties en faveur des parents étaient meilleures que les invocations, il aurait dit les aumônes et non les invocations.

(Explication de Riyâdh As-Sâlihîn - hadith n°1383. vol.2, p1482-1483)

profil de La rédaction

Auteur : La rédaction

Posté le : 17 juillet 2018

Catégorie : Religion

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous