Publié le | 1.15K vues | 0 commentaire

Le nombre de musulmans et de mosquées en hausse au Japon, un modèle de vivre ensemble

Image de l'article Le nombre de musulmans et de mosquées en hausse au Japon, un modèle de vivre (...)
ZOOM

Au cours des dernières années, de plus en plus d’étudiants et de travailleurs venus de pays musulmans sont venus au Japon et des mosquées ont été créées dans plusieurs régions du pays.

Selon une enquête menée par Hirofumi Tanada, professeur de théorie de la société asiatique à la faculté des sciences de l’homme de l’Université de Waseda, il y a 105 mosquées dans 36 des 47 préfectures du Japon. Plutôt que d’être simplement des lieux de culte, ils remplissent plusieurs fonctions au sein de la communauté, notamment en offrant aux fidèles une chance de socialiser et de s’instruire. Mais au fur et à mesure que de nouvelles mosquées sont établies, des questions se posent quant à la manière dont elles peuvent coexister avec la société japonaise.

Tous les vendredis, le Adhan résonne du Centre de recherche islamique au Japon, situé au quatrième étage d’un immeuble situé à la périphérie de Yawata, dans la préfecture de Kyoto, dans l’ouest du Japon. Entre 50 et 100 résidents musulmans locaux sont rassemblés au centre.

Ramzan Mirza, 53 ans, dirigeant une société de négoce à proximité, a acheté le bâtiment il y a 10 ans et l’a ouvert comme mosquée huit ans plus tard. Il est arrivé au Japon du Bangladesh il y a environ trois décennies. La région compte de nombreuses entreprises liées au secteur des voitures d’occasion, et progressivement, de plus en plus de personnes originaires de pays à majorité musulmane s’y sont rassemblées.

Les affaires de mon entreprise s’étant stabilisées, j’ai donc décidé de créer un espace pouvant être utile aux musulmans d’ici


, a-t-il déclaré.

Muhammad Ali, âgé de 37 ans, est venu du Bangladesh au Japon il y a six ans pour travailler dans le commerce de voitures d’occasion. Il a dit :

Je ne peux retourner dans mon pays qu’une fois par an. C’est je me sens tellement seul d’être si loin de ma femme et de mes jeunes enfants, mais je me sens mieux de pouvoir venir dans cet endroit près de chez moi.

Khalid Sultan, 30 ans, travaille dans le même secteur. Originaire de Syrie, il est venu au Japon il y a sept ans avec son frère cadet, âgé de 25 ans, pour fuir la guerre civile dans le pays. La majorité de sa famille immédiate et de ses proches vivent maintenant en Turquie.

C’est triste mais je ne peux pas retourner dans mon pays. Mais si je peux rencontrer mes amis ici, ce problème disparaîtra


, a-t-il déclaré avec un sourire.

Avant l’ouverture de cette mosquée, les musulmans des environs devaient prendre le train pendant presque deux heures pour se rendre à la mosquée de Kobé, dans la préfecture de Hyogo, dans l’ouest du Japon. Mirza a l’intention d’enregistrer la mosquée Yawata en tant qu’organisation religieuse et d’en faire un centre de recherche islamique dans le cadre d’un partenariat avec le personnel d’universités japonaises.

La première mosquée du Japon a été la mosquée musulmane de Kobe, créée en 1935 par des résidents turcs et indiens du pays. Selon les recherches du professeur Tanada, il n’y avait que trois mosquées au Japon à la fin des années 1980.

Mais au cours de la seconde moitié de la décennie, de nombreux ressortissants de pays à majorité musulmane, notamment l’Iran, le Pakistan, le Bangladesh et d’autres, sont venus travailler au Japon. Nombre d’entre eux travaillaient dans le secteur de la construction et dans d’autres secteurs en plein essor pendant la bulle économique. Ensuite, il y a eu un afflux de stagiaires et d’autres travailleurs en provenance d’Indonésie. Les années 1990 et 2000 ont vu une augmentation concomitante du nombre de mosquées.

Durant cette période, le nombre de stagiaires et d’étudiants à l’étranger originaires de régions à majorité musulmane a encore augmenté, de même que la population de résidents musulmans de longue date. En 2014, il y avait 80 mosquées, passant à 105 à la fin de 2018.

Dans le passé, ils se trouvaient principalement dans les zones à forte concentration d’usines de fabrication, telles que celle de Tokyo et ses environs, la région métropolitaine de Chukyo autour de Nagoya dans la préfecture d’Aichi, dans le centre du Japon et dans la région de Kansai, dans l’ouest du Japon, où se trouvent Osaka et Kyoto. . Mais récemment, les étudiants des pays à majorité musulmane des universités régionales, en particulier ceux des capitales des préfectures, se sont nettement orientés vers la création de nouvelles mosquées.

Le professeur Tanada estime qu’environ 200 000 musulmans vivent au Japon. Parmi eux, environ 43 000 seraient des ressortissants japonais, y compris ceux qui se seraient convertis en mariage avec un partenaire musulman.

La plus grande mosquée du Japon, Tokyo Camii, située dans le quartier de Shibuya, voit 700 à 800 personnes arriver à ses portes pour la prière du vendredi. Les fidèles viennent de nombreux pays, tels que l’Asie du Sud-Est, le monde arabe et les nations africaines.

Certaines personnes ne peuvent pas entrer dans le bâtiment rempli, mais déposent plutôt un drap ou un tapis de prière devant celui-ci. La mosquée a des cours pour le Coran et l’arabe, auxquels certains assistent régulièrement. Le Japonais musulman Shigeru Shimoyama, responsable des relations publiques à la mosquée depuis 70 ans, a déclaré :

Les croyants viennent de toute la région du Kanto, tout comme les touristes des pays islamiques. Pour les fidèles, c’est comme un sanctuaire.

Mais la mosquée est très sensible à la façon dont elle est perçue par ses voisins. Pendant les prières du vendredi et les autres jours de grandes manifestations, la rue menant à la mosquée est souvent pleine de monde pendant les heures d’entrée et de sortie et de nombreuses voitures sont garées dans les rues avoisinantes.

Shimoyama a déclaré que cet été, il y avait beaucoup de fidèles dans la rue, ce qui a entraîné des embouteillages. Une femme à bicyclette qui habite à proximité aurait déclaré :

C’est pourquoi je déteste l’islam

"Même à l’heure actuelle, il existe des préjugés à l’égard de l’islam. Pour être acceptés par la communauté, nous accordons une attention particulière aux problèmes liés à l’élimination des déchets, au bruit dans les rues, au stationnement des voitures dans les rues et à d’autres choses", a déclaré Shimoyama. Parfois, la mosquée invite également ses voisins à des événements culinaires et à d’autres occasions.

Avec le nombre croissant de mosquées dans toutes les régions du Japon, des conflits ont également éclaté avant même que les centres ne soient créés. La mosquée Kanazawa Masjid, située à Kanazawa, dans la préfecture d’Ishikawa, dans le centre du Japon, et créée principalement par des étudiants étrangers à l’Université de Kanazawa, a rencontré l’opposition d’une association de quartier lorsque des projets en ce sens ont vu le jour en 2012.

Ken Muroi, alors président de l’association, âgé de 61 ans, a déclaré : "

Il n’y avait aucun préjudice à l’égard de la religion elle-même, mais à l’époque de nombreux incidents impliquant des musulmans se sont déroulés à l’étranger. Certains résidents A émis des opinions du genre "Je crains que cela ne la gêne si une mosquée est construite" et "Je veux qu’ils la construisent ailleurs".

D’autres auraient dit s’inquiéter de la perte de valeur des propriétés dans le secteur si la mosquée était construite, et une famille aurait même même déménagé pour protester.

Après un an et demi de discussions, l’association de quartier a rédigé un document demandant à la mosquée de limiter au maximum les nuisances sonores, de contrôler les entrées et sorties nocturnes du bien et de bien gérer les incendies. La mosquée a accepté les demandes.

Il a également demandé le retrait des projets visant à conférer à l’extérieur de la mosquée une esthétique islamique en faveur d’un aspect résidentiel standard, auquel la mosquée a également adhéré.

Elle a été achevée en août 2014. Depuis, la mosquée a rejoint l’association de quartier en tant qu’entité. De jeunes musulmans ont également pris part aux efforts de nettoyage de la région et de déneigement. En bref, cela fait maintenant partie de la vie communautaire.

Seiji Matsui, 46 ans, un musulman japonais qui occupait le poste de vice-président de la société musulmane Ishikawa et qui s’était occupé de négociations avec les habitants, a déclaré :

Avant la construction de la mosquée, des gens m’ont même demandé si elle avait un lien quelconque avec Al-Qaida. En dialoguant directement avec eux et en faisant preuve de patience dans mes explications, j’ai pu leur faire entendre la raison.

profil de Ayyoub Lasri

Auteur : Ayyoub Lasri

Publié le : 29/11/2019 à 15:00

Catégorie : Religion

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous