8 février 2019 | 4.78K vues | 1 commentaire

La Cour d’Alabama exécute un musulman après lui avoir refusé la présence d’un Imam

Image de l'article La Cour d'Alabama exécute un musulman après lui avoir refusé la présence (...)
ZOOM

La Cour suprême des États-Unis a voté jeudi en faveur de la levée de la suspension de Domineque Ray, âgé de 42 ans, permettant ainsi au département des services correctionnels de l’Alabama de procéder à son exécution le soir même.
Ray a été reconnu coupable et condamné à mort pour le viol et le meurtre de Tiffany Harville, âgée de 15 ans, en 1995 à Selma, en Alabama.

En raison de la nature de son crime, de la décision d’un jury de le condamner à mort et de notre système judiciaire fonctionnant comme prévu, la condamnation de M. Ray a été exécutée, a déclaré la gouverneure de l’Alabama Kay Ivey dans une déclaration jeudi soir.

Ray avait été détenu au centre pénitentiaire Holman à Atmore, en Alabama, depuis sa condamnation en 1999. Il était un musulman dévot depuis 2006 et avait régulièrement rencontré son imam, qui assurait un ministère religieux aux détenus musulmans tels que Ray depuis 2015, selon des documents judiciaires.

Le 23 janvier dernier soit deux semaines avant son exécution programmée, Ray a rencontré le directeur de la prison qui lui a expliqué qu’un aumônier chrétien employé par le département serait dans la chambre mortuaire lors de l’administration d’un cocktail mortel de drogues.
Ray a demandé s’il pouvait faire venir son imam à la place de l’aumônier de la prison, mais on lui a répondu que sa demande ne pourrait être honorée en raison de la politique du ministère. Le 28 janvier, Ray et ses avocats ont déposé une plainte pour atteinte aux droits civils et une requête d’urgence en sursis à l’exécution, affirmant que la police violait ses droits constitutionnels.

Le département des services pénitentiaires de l’Alabama a accepté d’exclure l’aumônier de la prison de la chambre mortuaire et le 1er février, un juge de district a rejeté la demande initiale de Ray demandant un sursis à exécution.
Le juge a écrit que Ray avait attendu «  jusqu’à la onzième heure  » pour faire valoir son droit, il s’agissait d’une question de sécurité, et que son imam, qui n’est pas employé du service correctionnel, «  est sans formation, sans expérience et hors du contrôle de l’État . »

Mais contre toute attente, la Cour d’appel américaine a annulé mercredi le refus et accordé un sursis à durée indéterminée au condamné à mort, la veille de son exécution. Le président de la Cour a justifié sa décision, arguant que :

Le problème constitutionnel central ici est que l’État a régulièrement envoyé un clerc chrétien dans la salle d’exécution pour répondre aux besoins des détenus chrétiens, mais a refusé de fournir le même bénéfice à un musulman dévot et à tous les autres non-chrétiens

Malheureusement, la plus haute Cour du pays a voté en faveur de l’annulation de la suspension avec 5 voix contre 4 jeudi soir.

Le soir même, Domineque Ray était exécuté sans la présence d’un Imam.

profil de La rédaction

Auteur : La rédaction

Posté le : 8 février 2019

Catégorie : Communauté

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

1

Avis

Nas user 0
cheyenne12

8 février 2019 à 18:32

0

Quand a l’ époque, il a violé cette gamine de 15 ans, est qu’il lui a laissé le choix ?