Etats-Unis des policiers arrêtent un afro-américain sans savoir que c’est un agent du FBI - VIDEO

Un afro-américain d’origine soudanaise se fait arrêter sans raison légale alors qu’il était installé dans un café avec des amis. Les policiers ont fait usage de la force pour l’interpeller et le menotter. L’homme hallucine du comportement des policiers qui l’arrête pour aucune autre raison que sa couleur de peau. Mais ils ne savaient pas à qui ils avaient affaire…

 

Lorsque les policiers s’approprient les documents d’identification de l’homme afro-américain, ils s’aperçoivent que c’est un agent du FBI et un supérieur hiérarchique. « Vous êtes tombés sur le mauvais gars ! » s’exclame un ami de l’agent du FBI.

L’homme s’empresse alors de leur demander de retirer les menottes, les réprimandent, et les contrôle à leur tour. Il leur fait une leçon de morale puis récupère leurs cartes professionnelles pour signaler leur comportement. Les torses des policiers dégonflent instantanément et leurs yeux deviennent apeurés devant les injonctions de l’agent. Ils sont repartis honteux…

L’affaire Georges Floyd

Pour rappel, George Floyd est décédé le 25 mai dernier suite à son arrestation brutale par des policiers de la ville de Minneapolis. Depuis, les manifestations s’étendent dans tout le pays et de nombreuses personnalités ont pris la parole contre les violences policières.

Et cette nouvelle vidéo ne risque pas de calmer les esprits. Car on y voit la victime plaquée au sol non pas par un seul mais par trois policiers.

La vidéo, filmée sous un angle différent, a été diffusée sur les réseaux sociaux le 28 mai, d’un auteur inconnu. Depuis, la chaîne CNN a contacté la police de Minneapolis pour obtenir des explications et vérifier l’authenticité de la vidéo. Mais elle n’a pas pu obtenir de réponse.

On y voit trois policiers posant leur genou sur lui, alors qu’un autre reste debout.

«Je ne peux pas respirer, mec», dit Floyd. «S’il te plaît, laisse-moi me tenir debout. S’il te plaît, mec.»

Depuis la mort de George Floyd, Derek Chauvin a été arrêté et inculpé pour meurtre au troisième degré et homicide involontaire, selon le procureur du comté de Hennepin.

Quant aux trois autres agents présents sur place et impliqués dans la mort de l’homme, ils ont été licenciés dès le lendemain du drame. Les trois autres agents impliqués dans le drame ont été licenciés le 26 mai. Pour l’instant, ces mesures ne semblent pas satisfaire la population qui manifeste depuis des jours dans les rues de Minneapolis.

24 Commentaires

    • comment ca il n’est pas un agent du FBI T DANS LE CHAMPS A OSTI TOÉ MOI JE LE CONNAIS CET AGENT FÉDÉRAL JE LE VOIS SOUVENT A LA TÉTÉ AMÉRICAIN TU DEVRAIS METTRE TES LUNETTES PARCE QUE QUAND LES AGENTS ONT LU SUR SON BADGE ILS ONT ENLEVÉ LES MENOTTES ASSER
      VITE MERCI . TU DEVRAIS REVOIR LA VIDÉO .

      • Ou plutôt, dès qu’ils ont vu que l’homme en question n’était pas celui recherché. Il n’y a aucune mention de badge nulle part. Ils disent seulement qu’il s’agit de la mauvaise personne.

  1. Ils devraient tous les quatre aller en prison pour très longtemps..
    Quant au meurtrier peine de mort ils aiment ça envoyer dans le couloir de la mort!

      • S’il recherchait un homme de couleur noir qui lui ressemblait, ils en faisait forcément puisque c’est leur travail. Ils se devaient de retrouver un homme noir. Voilà tout. Ça aurait été la même chose si ça avait été un homme blanc de 6 pieds avec les cheveux blonds par exemple.

          • Ce n’est justement pas ce que j’ai dit. Vous trouvez du racisme là où il y en a pas. Si l’homme correspond à la description. Je n’ai aucunement mentionné que « tous les noirs se ressemblent ». Je n’ai aucunement à avoir honte. Arrêtez de chercher des poux où il y en a pas.

  2. La police a droit de procéder à l’arrestation s’ils ont les motifs raisonnables de croire qu’il y a une infraction criminelle. Ils étaient dans leur droit. L’homme (qui supposément du fbi et connait ses droits) n’aurait pas fait autant de cas s’il avait justement connu ses droits. Ils aurait donné son identité sans argumenter pour que les policiers sachent que ce n’est pas le bon. S’il correspond au profil de personne recherchée, les policiers étaient dans leur droit!

  3. Forcément un blanc coincé ! Ce que voulait montrer l’homme du FBI ! C’est votre la lâcheté de des policiers racistes. Alors ferme là avec ton raisonnement stupide

    • Bel argument 🙂 À la place d’insulter les autres, commence par t’éduquer. T’aurais plus de contenus et tu comprendrais mieux le monde qui t’entoure.

  4. Honnêtement AlNas toujours à diffuser des ragots avant même de faire des recherches…

    Cette vidéo est vieille et il ne dit même pas a un seul moment qu’il est agent du FBI…

    • Est-ce pour autant que ceci est un ragot? Si cet homme n’avait pas une pièce d’identité en , les policiers auraient pu douter de la véracité du document en sa possession et l’amener au poste pour vérification positive de l’identité. Ils auraient même pu vérifier dans leur système pour voir s’il n’a pas d’infractions en son encontre. Le fait qu’ils aient abandonné sans sommation prouve que ce qu’ils ont vu dans le portefeuille du noir injustement menotté était une bombe… Quelle personne d’autorité accepterait de paraître aussi mal sans roublardise? Le superviseur a vu des vertes et des pas mûres, il me semble assez avisé…

      • Est-ce pour autant que ceci est un ragot? Si cet homme n’avait pas une pièce d’identité en (béton – par exemple une employé gouvernemental ou autre…), les policiers auraient pu douter de la véracité du document en sa possession et l’amener au poste pour vérification positive de l’identité. Ils auraient même pu vérifier dans leur système pour voir s’il n’a pas d’infractions en son encontre. Le fait qu’ils aient abandonné sans sommation prouve que ce qu’ils ont vu dans le portefeuille du noir injustement menotté était une bombe… Quelle personne d’autorité accepterait de paraître aussi mal sans roublardise? Le superviseur a vu des vertes et des pas mûres, il me semble assez avisé…

      • C’est les US, pas la France. La police la bas n’a pas le droit d’exiger l’identité de quelqu’un sans une suspicion raisonnable qu’il est engagé dans des activité criminelles. Un profilage racial n’est pas une suspicion raisonnable valable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici