Etats-Unis - la police diffuse dans les médias la photo d’une musulmane forcée à retirer son voile

Alaa Massri, étudiante, protestait lors d’une manifestation Black Lives Matter à Miami, en Floride, le 10 juin 2020. En tant qu’étudiante, Alaa Massri faisait partie de l’équipe médicale fournissant de l’aide aux manifestants blessés.

Lors de la manifestation à Miami, elle a remarqué qu’une voiture de police heurtait un manifestant et elle a commencé à se précipiter pour aider la personne blessée. Cependant, elle a immédiatement fait face à un groupe de police en tenue anti-émeute. La police a commencé à la toucher, sans raison, alors qu’elle dit qu’elle leur a respectueusement demandé de s’arrêter. Leur réponse: l’arrêter.

 

Après l’avoir attachée par zip, l’avoir chargée de batterie, avoir résisté à un policier avec violence et conduite désordonnée, ils l’ont emmenée au centre correctionnel Turner Guilford Knight où ils l’ont placée menottée. Ils ont ensuite retiré son hijab pour son mugshot. Après avoir illégalement pris sa photo, sa photo a été diffusée à la télévision sur de nombreuses plateformes. Et comme si enlever son hijab pour la photo n’était pas suffisant, ils lui ont refusé son droit de le porter pendant les sept heures qui ont suivi.

Le service de police de Miami a une histoire de racisme qui remonte à sa création en 1896. Même au sein du service de police, les officiers noirs ont adressé la discrimination et le racisme au chef, Jorge Colina.

Pourtant, le fait de rendre publiques ses photos sans détour a déclenché un tollé en ligne car cela « viole de ses valeurs religieuses », montrant une partie de son corps qu’elle a choisi de couvrir pour des raisons religieuses.

Les utilisateurs de Twitter ont également suggéré de rechercher fréquemment sa photo sans le foulard, appelant la communauté en ligne à respecter son choix et à ne pas participer à la violation commise par la police.

De plus, une pétition en ligne a été lancée en faveur de Alaa Massri exigeant justice pour elle.

Les manifestations de Black Lives Matter se poursuivent depuis le 25 mai, réclamant justice pour les personnes de couleur, en particulier les Afro-Américains, à la suite du meurtre de George Floyd par un policier dans la ville de Minneapolis, Minnesota.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici