Hoda Katebi, une blogueuse irano-américaine de 23 ans, était invitée le 31 janvier à l’émission du matin sur la chaîne WGN News de Chicago pour parler de son livre, Tehran Streetstyle. Mais l’interview a pris un tournant imprévu pour la jeune femme.

L’interview débute par l’enfance de Hoda Katebi à Oklahoma où elle raconte notamment son expérience sur le port du hijab dans un état conservateur et majoritairement blanc.

Cependant le co-présentateur, totalement hors-sujet, n’a pas manqué de parler de politique, l’intéressé étant iranienne :

Parlons des armes nucléaires. Certains de nos téléspectateurs peuvent dire que nous ne pouvons pas faire à confiance à l’Iran. Que pensez-vous de cela ?

Hoda a courageusement répondu :

Je ne pense pas que nous pouvons faire confiance à ce pays [les États-Unis]. Quand nous voyons l’héritage de ce pays et la violence qu’il a non seulement créée mais aussi encouragée, beaucoup des armes au Moyen-Orient sont complètement envoyées par les États-Unis.

C’est là où le dérapage de la journaliste intervient :

Beaucoup d’Américains pourraient s’offusquer de ce que vous dites. Vous êtes américaine mais vous ne ressemblez pas à un américaine quand vous dites ça… vous voyez ce que je veux dire.

Hoda Katebi, qui a étudié les relations internationales et la politique du Moyen-Orient à l’Université de Chicago, a ri de cette remarque et de la question « absurde » qui lui a été posée.

Je ne pense pas qu’on m’aurait posé la même question si j’avais été blanche, même si je suis née et que j’ai grandi dans ce pays.

Elle s’interroge de la pertinence de la question :

Ils m’ont invité en tant que blogueuse de mode mais ils m’ont posé des questions sur les armes nucléaires. Auraient-ils invité un chef d’entreprise blanc pour lui poser des questions sur le Brexit ou sur la suprématie blanche ?

Elle regrette d’ailleurs le changement de comportement des américains envers les musulmans depuis l’éléction de Trump à la Présidence :

Les gens se sentent maintenant très confiants de pouvoir exprimer des opinions islamophobes qu’ils auraient pu garder pour eux auparavant.

Selon The Guardian qui relate cette affaire, un porte-parole de la chaîne a déclaré :

Robin (la journaliste) s’est excusée auprès de Hoda et elles ont eu un dialogue constructif sur les micro-agressions. La chaîne WGN, Robin et Hoda travailleront ensemble pour aller au-delà de cet incident et le mettre à profit pour aller vers une meilleure compréhension des problèmes de race, de religion et d’identité.

Découvrez l’interview ici (vous pouvez mettre les sous-titres traduits en français en cliquant sur l’icône des paramètres) :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici