13 avril 2018 | 8K vues | 0 commentaire

Jawad se confie : « Ma vie est foutue, je ne suis pas un terro »

Image de l'article Jawad se confie : « Ma vie est foutue, je ne suis pas un terro (...)
ZOOM

Dans une interview au journal « Libération », Jawad Bendaoud, « le logeur de Daech », se confie deux mois après avoir été relaxé par le tribunal. Il raconte sa vie « foutue ».

Je suis pas un "terro" je vous dis. Je vous le jure sur mon fils que je ne savais pas qui était Abaaoud. J’aurais foutu ma vie en l’air pour 150 balles ? Franchement… C’est ce que je me faisais en dix minutes en vendant de la coke et du crack. Wallah, je suis pas un putain de terro !

Jawad s’était réfugié dans les Pyrénées-Orientales, au Barcarès, avec sa compagne et son fils. Sur une plage, il a accordé sa première interview à BFM TV après sa sortie de prison. Mais problème, les habitants du Barcarès ont reconnu la plage et ils ont également identifié la maison où logent Jawad et sa famille. Contraints de s’enfuir, ils retournent à Paris.

Elle est foutue ma vie.

Depuis, Jawad ne quitte jamais sa casquette et ses lunettes noires à chaque sortie et veille à chacun de ses faits.

L’un de ses amis l’emmène dans l’un des établissements touchés par les attentats du 13 novembre, La Bonne Bière : « J’ai bugué, mais vraiment un long p***** de bug, et puis j’ai fait le lien. Je suis devenu complètement fou. J’ai massacré mon pote. Je lui ai dit qu’il était dingue de m’amener là. Si quelqu’un m’avait pris en photo, on aurait dit au mieux que je suis un vautour, au pire que je faisais des repérages. »

Il découvre également une certaine notoriété, « son Snapchat regorge de propositions pour promouvoir les kebabs de tout le 93 » et son téléphone ne cessant de biper au « rythme des notifications Snapchat, Twitter et Facebook ».

Tout le monde veut me shooter. Il y a ceux qui me reconnaissent et me prennent en scred. Eux, quand je les crame, je leur explique que je ne suis pas une marionnette. Sinon, il y a ceux qui veulent faire des selfies. La semaine dernière, j’étais dans une cité de Nanterre en début de soirée. La rumeur a couru que j’étais là. Vingt minutes plus tard, il y avait dix bagnoles de gens voulant me checker.

Désormais, Jawad veut écrire sa biographie et selon lui, « on peut en vendre des milliers ».

profil de Rédaction Y.

Auteur : Rédaction Y.

Posté le : 13 avril 2018

Catégorie : Buzz

Vous aimerez aussi :

Je donne mon avis

Commentaire

Commentaires :

0

Avis

Soyez le premier à laisser un commentaire (ci-dessus)

Identifiez-vous ou inscrivez-vous