Black Lives Matter - obligée de retirer son hijab lors de son arrestation, Alaa Massri  exige des comptes

Alaa Massri dit qu’elle a été forcée d’enlever son hijab pendant des heures après son arrestation à Miami au début du mois.

Une femme musulmane américaine qui a été forcée de retirer son hijab pour un mugshot de la police affirme que ses droits constitutionnels ont été violés et demande que les officiers impliqués fassent l’objet d’une enquête.

Alaa Massri, 18 ans, a été arrêtée lors d’une manifestation Black Lives Matter à Miami, en Floride, le 10 juin, après des accrochages entre manifestants et policiers.

Alaa Massri a déclaré qu’elle avait été menottée et emmenée au centre correctionnel et de réadaptation du comté de Miami-Dade, où elle a été forcée de se faire prendre en photo sans sa couverture.

Elle a ensuite été laissée sans son hijab pendant sept heures, tandis que les photos ont été mises à la disposition de « nombreux médias », dont certains ont publié ses photos en ligne.

Dans une pétition en ligne qui a recueilli plus de 130 000 signatures, Alaa Massri a exigé que toutes les charges retenues contre elle soient abandonnées, la photo d’identité supprimée et une enquête ouverte.

« Nous voulons que les policiers qui ont commis cette injustice fassent l’objet d’une enquête publique et soient tenus responsables », lit-on dans la pétition lancée par Massri.

Le Département des services correctionnels et de réadaptation de Miami-Dade a déclaré qu’en règle générale, un couvre-chef religieux était enlevé lors d’une réservation et restitué « une fois qu’il avait été fouillé pour la contrebande et que la photographie de la réservation avait été prise ».

« Nous nous engageons à garantir le respect des croyances et des pratiques confessionnelles de chaque individu et nous examinerons cet incident afin de garantir la conformité avec nos politiques et cet engagement », a ajouté le département.

Mais Omar Saleh, avocat au Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) en Floride, a déclaré qu’une politique exigeant que quelqu’un enlève son couvre-chef religieux pour réserver des photographies viole plusieurs lois protégeant les libertés religieuses, ajoutant que si Alaa Massri choisissait de Pour ce faire, elle aurait des motifs de déposer une plainte civile contre le ministère.

Bien qu’il existe des exceptions étroites concernant la sécurité qui permettraient d’enlever l’écharpe en privé pour une recherche, ce qui est arrivé à Alaa Massri semble avoir dépassé les procédures autorisées, a déclaré Saleh à Middle East Eye.

« Si les faits sont tels que nous les entendons, nous pensons qu’il s’agit d’une violation constitutionnelle.

« Ce ne sont pas seulement les premier et quatorzième amendements, il y a aussi la Loi sur l’utilisation religieuse des terres et les personnes institutionnalisées qui interdit au gouvernement de restreindre la capacité d’une femme à pratiquer le hijab lorsqu’elles sont confinées dans une institution, et cela inclut la prison », a-t-il déclaré.

« C’est une chose de retirer le hijab au cours de l’arrestation, de pré-réserver la photo, de dégager la sécurité puis de rendre le hijab pour la photo de réservation », mais interdire à Alaa Massri de porter son hijab pendant des heures pendant la détention va bien au-delà de cela portée, a-t-il ajouté.

‘Ce n’est pas la première fois’

Selon le département de police de Miami, Alaa Massri a été arrêté près des statues de Christophe Colomb et Juan Ponce de Leon près du marché de Bayside à Miami lorsque des altercations ont éclaté entre les manifestants et la police.

Le département a indiqué qu’un officier de police « a attrapé » Alaa Massri après qu’elle « ait continué à rester sur la route » et qu’elle a frappé l’officier « dans le biceps droit avec un poing fermé ».

La police a déclaré que Alaa Massri avait été arrêté et accusé de batterie contre un officier, résistant à un officier avec violence et conduite désordonnée.

Dans une interview à l’Associated Press, son avocat, Khurrum Wahid, a déclaré qu’elle n’avait frappé personne « intentionnellement », ajoutant « qu’il y avait beaucoup de chaos lorsque la police a commencé cette confrontation en précipitant les manifestants ».

Son rôle ce jour-là, a déclaré Wahid, était « en tant que volontaire … pour aider les personnes blessées ».

Selon la pétition, des témoins ont déclaré que Alaa Massri n’agissait pas de manière désordonnée et qu’il « venait simplement en aide à une personne blessée ».

Wahid a dit qu’il était confiant que son client sera disculpé dans l’affaire pénale.

Pendant ce temps, il semblerait que Alaa Massri puisse intenter une action civile contre le département, a déclaré Saleh.

En février 2018, le département de police de New York a réglé une affaire déposée par trois femmes musulmanes devant un tribunal fédéral de Brooklyn pour des incidents distincts concernant l’enlèvement forcé de leur hijab, y compris lors de tirs lors de la détention.

Un mois plus tard à New York, une autre femme musulmane a réglé une quatrième affaire contre le département pour des motifs similaires. Au total, le ministère a déboursé au moins 265 000 $ pour les quatre incidents.

Plus tôt cette année, Ihsan Malkawi a déposé un recours collectif fédéral contre le département de police de Yonkers à New York après avoir été forcée de retirer son hijab pour sa photo de photo.

Hassan Shably, directeur général de CAIR-Florida, a déclaré dans un communiqué que son organisation était prête à « poursuivre toutes les voies légales, y compris le dépôt d’une plainte » si nécessaire.

« Nous prévoyons de prendre toutes les mesures nécessaires pour obtenir justice pour Alaa et pour faire en sorte que les traitements humiliants et inconstitutionnels auxquels elle est confrontée ne soient à nouveau subis par personne en Floride », a-t-il déclaré.

L’incident a été « une agression à la fois contre sa capacité à pratiquer sa foi et aussi sa capacité à définir ce que la modestie signifie pour elle en tant que femme », a déclaré Shably.

« En fin de compte, il ne s’agit pas de musulmans ou d’islam. Il s’agit de protéger la Constitution pour tous. »

Shably a également demandé que toutes les charges retenues contre Alaa Massri soient rejetées et que les officiers impliqués soient licenciés.

2 Commentaires

  1. Quel Hijab. D’apres sa tenue elle porte un fuseau moulant et un top moulant. Elle a juste un foulard sur la tete, c’est tout. Pour cacher ses cheveux mal coiffes. En plus elle a rien a faire dans les manifs. Ca n’est pas la voie de l’islam. Elle devrait reste a l’ecart de tout ca et proteger son honneur et religion. Elle sera interroge l’ youm al qyama sur ces propes actions de desobeissance a protester a la maniere de la « Jahiliya » et aussi sur le genre de tenue quelle porte depuis que celle ci n’est pas appropriee pour une femme se disant musulmane. Si elle a des problemes c’est quelle les cherche.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici