La peur du coronavirus incite de nombreux réfugiés Syriens à retourner à Idlib

Des milliers de Syriens déplacés ont commencé à rentrer chez eux dans la province d’Idlib déchirée par la guerre malgré le risque de reprise du conflit, certains motivés par la crainte que le nouveau coronavirus ne fasse des ravages dans des camps surpeuplés près de la frontière turque.

Environ un million de Syriens ont fui Idlib et ses campagnes environnantes dans le nord-ouest de la Syrie l’année dernière après que les forces gouvernementales soutenues par la Russie ont intensifié une campagne pour reprendre le dernier bastion rebelle après neuf ans de guerre.

Les combats se sont calmés depuis mars lorsque Ankara, qui soutient certains groupes opposés au président Bachar al-Assad, a conclu un cessez-le-feu avec Moscou, qui a soutenu Damas avec une puissance aérienne importante.

Le nord-ouest de la Syrie n’a pas encore de cas confirmé de coronavirus, mais les médecins craignent que l’infrastructure médicale ravagée de la région et les camps débordants ne transforment rapidement toute épidémie en catastrophe humanitaire.

Alors que la paix provisoire se maintient, les Syriens déplacés envisagent de sombres options: rester dans des camps serrés avec peu de services où une propagation virale pourrait être mortelle, ou retourner dans des maisons encore menacées de se faire prendre dans une nouvelle effusion de sang.

« Nos vies vont de danger en danger alors que nous fuyons les bombardements, le régime et les conflits, la surpopulation et le coronavirus », a déclaré Abu Abdo, 45 ans. Dimanche, Abdu est retourné avec sa famille de sept personnes dans un village de la campagne d’Idlib.

« Ici, ce sont des terres agricoles et l’air est pur et il n’y a pas de congestion, mais c’est toujours une zone dangereuse », a-t-il déclaré.

Des fourgonnettes et des camions remplis de matelas et d’appareils électroménagers ont obstrué dimanche une route serpentant vers le sud dans la province d’Idlib alors que des familles chassées quelques mois plus tôt par des frappes aériennes cherchaient à rentrer.

« Nous craignons une nouvelle escalade du régime, mais la vie dans la ville, chez nous, est meilleure que le déplacement et les mauvaises conditions », a déclaré Fayez al-Assi, 49 ans, qui a fui Jabal al-Zawiya dans la campagne sud d’Idlib deux ans et plus. il y a un demi-mois.

Le Syrian Response Coordination Group, une agence de secours du nord-ouest de la Syrie, a déclaré que 103 459 Syriens étaient rentrés dans les villes de la campagne d’Alep et d’Idlib depuis le cessez-le-feu.

« Même s’il y a des bombardements, nous n’en avons pas peur. Nous nous y sommes habitués », a expliqué Zakaria Shawish, 25 ans, de la ville d’Ariha, au sud d’Idlib. « Assis ici sous le bombardement est mieux que d’être déplacé dans les camps et de ne pas avoir de maison. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici