Les musulmans américains constatent une montée de l'islamophobie2

Un homme tient un tapis de prière lors des célébrations de l’Aïd al-Fitr, à la mosquée Masjid At-Taqwa, dans le quartier de Brooklyn, à New York, le 2 mai 2022. Le Conseil des relations américano-islamiques fait état d’une hausse des droits civiques plaintes de musulmans aux États-Unis depuis 2020.

Après une interruption de six ans, les États-Unis le président Joe Biden a repris la semaine dernière la tradition vieille de 22 ans d’organiser une célébration de l’Aïd à la Maison Blanche.

« Les musulmans rendent notre nation plus forte chaque jour, même s’ils sont toujours confrontés à de réels défis et menaces dans notre société, y compris la violence ciblée et l’islamophobie qui existe », a déclaré Biden à un groupe d’éminents musulmans.

Les commentaires de Biden ont marqué un changement de ton significatif par rapport à son prédécesseur, Donald Trump, qui a déclaré en 2016 : « Je pense que l’islam nous déteste ».

Trump n’a pas organisé de célébration de l’Aïd à la Maison Blanche alors qu’il était président, bien qu’il ait publié des déclarations marquant le festival musulman annuel et invité des diplomates de pays à majorité musulmane à la Maison Blanche pour un dîner iftar pendant le Ramadan en 2018 et 2019.

Le changement de ton de la Maison Blanche intervient à un moment où les États-Unis Les musulmans craignent que l’islamophobie soit en hausse.

La semaine dernière, le Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) a fait état d’une augmentation de 9 % du nombre de plaintes relatives aux droits civils qu’il a reçues de la part de musulmans aux États-Unis depuis 2020.

« Le CAIR a reçu un total de 6 720 plaintes dans tout le pays concernant une gamme de problèmes, notamment l’immigration et les voyages, la discrimination, l’application de la loi et l’abus du gouvernement, les incidents de haine et de préjugés, les droits des incarcérés, les incidents scolaires et l’anti-BDS/la liberté d’expression », indique le rapport BDS fait référence au mouvement Boycott-Désinvestissement-Sanctions qui cherche à faire avancer le changement social par la pression économique.

Huzaifa Shahbaz, auteur du rapport, a déclaré à VOA que l’augmentation des plaintes pour islamophobie a coïncidé avec la levée des restrictions liées au COVID et la réouverture des lieux de travail, des centres de culte et des restaurants.

« Au cours de l’année dernière, nous avons vu le racisme aux États-Unis augmenter de manière généralisée en raison de la pandémie, de l’intensification des groupes suprémacistes blancs, de la polarisation politique, et même si nous avons Trump hors du bureau, ce climat croissant du racisme continue d’alimenter l’islamophobie qui existe très fortement aux États-Unis », a déclaré Khaled Beydoun, professeur de droit à la Wayne State University.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici