Royaume-Uni - Une police anti-raciste fait régner la loi dans une Université2

L’université de Sheffield veut payer des étudiants pour contrôler les «micro-agressions» raciales.

Un mot d’avertissement amical aux étudiants noirs qui envisagent de postuler à l’Université de Sheffield: non. Le racisme est endémique dans cette université. Vous serez confronté à des abus racistes partout – dans votre logement, la bibliothèque et le bar des étudiants. Le racisme à l’Université de Sheffield est – apparemment – si répandu que le vice-chancelier a dû recourir à une police étudiante pour payer pour surveiller non seulement les mots mais aussi les pensées de leurs pairs dans le but de s’y attaquer.

L’université a annoncé qu’elle emploiera 20 de ses propres étudiants au taux généreux de 9,34£ soit 10,96€ l’heure pour lutter contre le langage raciste sur le campus.

Les qualifications nécessaires pour devenir un «champion de l’égalité raciale» n’ont pas été rendues publiques. Heureusement, des détails ont été fournis sur le rôle afin que nous puissions deviner les compétences requises.

L’Université de Sheffield doit payer des étudiants pour s’attaquer aux  «microagressions» – qu’elle décrit comme des «commentaires subtils mais offensants». Selon l’équipe de Sheffield, de mauvaises pensées se cachent derrière ces déclarations, et ces mauvaises pensées doivent être publiquement dénoncées et contestées.

Le vice-chancelier de Sheffield, Koen Lamberts, a déclaré que le but de l’initiative serait de « changer la façon dont les gens pensent du racisme » en initiant des « conversations saines » afin de prévenir le racisme sur le campus et dans les logements étudiants.

Le vice-chancelier a ajouté que l’initiative voulait « changer la façon dont les gens pensent du racisme ». Plutôt que de contrôler le discours des gens, l’université dit qu’elle « ouvre une conversation« .

Il indique que les rôles d’égalité sont créés en réponse à la demande des étudiants, en apprenant à « aider leurs pairs à comprendre le racisme et son impact« .

« Nous pensons qu’il est important d’être ouvert et honnête au sujet du racisme », a déclaré le professeur Lamberts.

Un rapport de l’automne dernier de la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme a averti que le racisme était un « phénomène courant » pour certains étudiants, avec des incidents de injures, d’agressions physiques et de matériel raciste sur le campus.

Un défenseur de l’égalité a déclaré que les universités ne voulaient pas faire face à l’ampleur du problème par crainte que cela ne nuise à leur réputation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici