Article Quand le directeur du journal d’extrême droite Rivarol se prend une claque à Paris

Quand le directeur du journal d’extrême droite Rivarol se prend une claque à Paris

<:image_article{article=|couper{80}}:>
ZOOM

Inventer mille et une raisons qui feront de vous la star du web jusqu’au prochain buzz s’avère pour certains un vrai passe-temps, une tendance qui tend d’ailleurs à prendre de l’ampleur. Si dans la plupart des cas le « buzz » est surtout destiné à faire rire ou à interpeller, il peut aussi s’agir d’une rumeur ou d’un retentissement médiatique qui prend parfois des allures clownesques voire grotesques.

C’est le cas de cette scène filmée par un total inconnu qui en est non seulement l’instigateur mais aussi l’un des principaux acteurs. Dans un couloir d’un parking parisien, on voit le directeur de l’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol, Fabrice Bourbon, se prendre une bonne gifle avant de détaler comme un lapin.
L’agression a été visionnée plus de 100.000 fois. L’auteur de la gifle ne s’est évidemment pas identifié mais il a réussi à faire parler de lui. La vidéo a circulé sur Twitter puis sur Youtube avant d’être commentée par plusieurs sites identitaires partagés entre indignation et amusement.

La scène burlesque montre Fabrice Bourbon se faire héler par un homme dans un parking du XVe arrondissement de Paris. « Hé ! Hé monsieur  ! ». Bourbon se retourne, surpris. «  On se connaît non ? Si, si, on se connaît. Rivarol ?  »
Visiblement gêné et voulant se débarrasser de l’importun il répond par l’affirmative, à ce moment l’inconnu lui assène une gifle retentissante avant de le crier «  Bouge ! Allez, bouge !  » Ce que s’empresse de faire Bourbon tremblant de peur.

Rivarol est un hebdomadaire tiré à 5.000 exemplaires, ses lecteurs sont issus des milieux d’extrême droite, les antisémites, les nostalgiques de Pétain, les cathos intégristes, les exclus du FN etc... que le haut du panier !
Inconnu du public jusqu’à cette petite raclée, Bourbon sort de l’anonymat et comme il aime à le répéter : «  Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe, l’essentiel c’est qu’on parle de moi !  ».
Antisémite patenté, l’extrémiste a déjà eu maille à partir avec la justice notamment pour ses thèses négationnistes. En juin 2015, il tweete : «  Triste époque : les gens ne croient pas en Dieu ni en l’Enfer mais ils croient aux chambres à gaz sans les avoir vues . »

Pour lui les seuls «  martyrs authentiques  » sont «  ceux canonisés par la Sainte Eglise catholique  » et sa «  foi c’est le Golgotha, pas la Shoah  ».
Autant dire que ses déclarations toutes à connotation antisémite sont dénoncées et condamnées régulièrement.

Si vous ne parvenez pas à visionner la vidéo ci-dessous, CLIQUEZ ICI.
.


Le directeur du journal "RIVAROL", d'extrême-droite, pétainiste, neo-nazi, antisémite et islamophobe s'est fait gifler par une personne qui l'a reconnu à l'entrée du parking de la rue Lecourbe à Paris.
Je ne fais aucun appel à la violence, mais attention à ceux qui ne sont pas capables d'assumer dans la vie courante les conséquences des propos qu'ils débitent sur les réseaux sociaux. C'est facile de diffuser des conneries derrière un écran.
Pour ceux qui ne connaissent pas Rivarol : https://youtu.be/FcpZD8HYps8e

Publié par Non À Marine Le Pen sur lundi 13 février 2017

profil de Z. S.

Auteur : Z. S.

Posté le : 16 février 2017

Catégorie : Politique

Sponsorisé

Vous aimerez aussi :

Commentaires :

0

Avis