Turquie un homme tue sa femme en pleine rue devant leur fille - VIDEO

Une femme a été tuée devant les yeux de sa fille en Turquie, en pleine rue. Il s’agit d’un féminicide. Nous pouvons entendre sa fille dire que 50 plaintes avaient déjà été déposées.

 

Les féminicides en hausse

Un homme a été arrêté dimanche en Turquie après qu’une vidéo sur les réseaux sociaux le montrant prétendument en train de battre son ex-femme dans une rue a suscité l’indignation, ont rapporté les médias officiels.

Le suspect a été placé en détention par un tribunal de la province de Samsun, sur la mer Noire, pour « tentative de meurtre intentionnel », a indiqué l’agence de presse officielle Anadolu.

La vidéo, qui est devenue virale sur les réseaux sociaux, montre l’homme en train de donner des coups de poing et de pied violemment à son ex-femme de 24 ans devant leur enfant de cinq ans alors que les résidents l’appelaient à s’arrêter.

L’agression, survenue peu de temps avant la Journée internationale de la femme, a suscité une condamnation sur les réseaux sociaux, les utilisateurs appelant les autorités à ne pas le laisser impuni.

La femme, connue uniquement par ses initiales E.M., a été transportée à l’hôpital avec des ecchymoses au visage et à la tête, mais les médecins ont déclaré qu’elle était en bonne santé, a indiqué l’agence de presse.

Dans une déclaration aux procureurs, le suspect nommé Ibrahim Zarap a déclaré qu’il éprouvait des « remords », selon Anadolu.

Il a affirmé que son ex-femme l’avait menacé de ne plus lui permettre de contact avec leur enfant.

« J’étais choqué et je ne savais pas ce que je faisais », a-t-il déclaré.

La violence domestique et le fémicide restent un problème grave en Turquie.

L’année dernière, 300 femmes ont été assassinées selon le groupe de défense des droits We Will Stop Femicide Platform.

En colère contre le nombre croissant de femmes tuées par des hommes, les femmes descendent souvent dans les rues d’Istanbul et d’autres villes pour exiger que le gouvernement adhère à un traité historique sur la prévention de la violence domestique.

La convention dite d’Istanbul est le premier instrument contraignant au monde pour prévenir et combattre la violence à l’égard des femmes, du viol conjugal aux mutilations génitales féminines.

Un responsable du parti au pouvoir a déclaré l’année dernière que la convention était « fausse » et a spéculé sur un éventuel retrait.

Le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré dimanche qu’il considérait la violence contre les femmes comme un « crime contre l’humanité ».

« Je condamne une fois de plus dans les termes les plus forts toute forme de violence physique ou mentale à l’égard des femmes et de discrimination », a-t-il déclaré dans un message pour la Journée de la femme.

Le chef du parti d’opposition CHP, Kemal Kilicdaroglu, a déclaré: « Nous pleurons à cause de ce que nous voyons au lieu de célébrer le 8 mars », dans un message vidéo sur Twitter où il est apparu aux côtés de sa femme.

« Vous avez ma parole. Nous mettrons fin à la violence », a-t-il promis.

Les femmes devraient se rassembler à Istanbul lundi pour la « Marche de la nuit féministe » annuelle.

Lors de l’événement de l’année dernière, la police a bloqué toutes les routes menant à la place centrale Taksim de la ville et a tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici