Inde - les musulmans vivent dans la peur après des incendies perpétrés contre 16 mosquées

INDE – Les habitants allèguent que plus d’une douzaine de mosquées ont été vandalisées dans l’État du nord-est en représailles apparentes à la violence anti-hindoue au Bangladesh.

Liton Miya est toujours en état de choc. Il était 22 heures le 23 octobre lorsque l’homme de 35 ans a entendu des villageois crier de panique. Alors qu’il se précipitait avec d’autres, une cabane en bois et des tapis de prière dans la cour de la mosquée locale étaient en feu.

« Nous avons découvert que les assaillants avaient également versé du kérosène à l’intérieur de la mosquée. Mais avant que d’autres dommages puissent survenir, le village s’était réveillé et les assaillants se sont enfuis », a déclaré Miya devant la petite cabane en tôle qui sert de mosquée et d’école religieuse traditionnelle dans un coin tranquille du village de Naraura, dans le district de Sipahijila de l’État de Tripura, dans le nord-est du pays. 

Naraura est à moins de 50 km de Comilla au Bangladesh voisin, où une photo du Coran placée sur une idole d’une divinité hindoue lors du festival Durga Puja a déclenché des violences dans le pays à majorité musulmane, tuant six personnes, dont deux hindous Hommes.

En représailles apparentes à la violence meurtrière au Bangladesh, le Vishwa Hindu Parishad (Conseil hindou mondial ou VHP) et d’autres groupes locaux ont organisé des rassemblements de protestation à Tripura et auraient attaqué des musulmans et leurs lieux de culte, y compris des mosquées.

Le VHP est affilié au Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), la source idéologique des groupes suprémacistes hindous indiens qui cherchent à convertir l’Inde en un État hindou ethnique. La plupart des hauts dirigeants du parti indien Bharatiya Janata (BJP), dont le Premier ministre Narendra Modi, ont commencé leur carrière politique en tant que travailleurs du RSS.

Tripura, un État éloigné dominé par des hindous de langue bengali, est actuellement gouverné par le BJP de Modi. Les musulmans forment environ neuf pour cent de ses 3,7 millions d’habitants.

« 16 mosquées ciblées »

La série d’attaques visant des mosquées a suscité des craintes et de l’anxiété parmi la minorité musulmane de Tripura.

« Il y a 16 mosquées qui ont été ciblées », a déclaré le mufti Abdul Momin, qui dirige une faction de Jamiat Ulama-e-Hind, une organisation musulmane pan-indienne influente, à Tripura.

Momin a déclaré que la plupart des incidents se sont produits dans la nuit et que les habitants n’ont pas été en mesure d’identifier les auteurs.

« Nous ne dormons pas la nuit ces jours-ci. Six ou sept d’entre nous sont debout jusqu’à l’aube pour garder le village », a déclaré Najrul Islam, un employé du gouvernement dans la région de Chamtilla à Panisagar.

La ville de Panisagar, située dans le district de North Tripura, a connu le plus d’incendies criminels et de vandalisme le 26 octobre. Les habitants et la police disent que la violence s’est produite pendant le rassemblement du VHP.

Islam a déclaré que le rassemblement avait traversé la région de Chamtilla vers 15 heures. « La foule criait des slogans provocateurs et désobligeants contre le prophète. Soudain, 30 à 40 d’entre eux se sont dirigés vers la mosquée et l’ont vandalisée », a-t-il déclaré à Al Jazeera.

Les assaillants ont brisé les fenêtres et brisé les ventilateurs de plafond alors qu’Islam et d’autres habitants regardaient à distance, craignant que la foule ne s’en prenne à eux s’ils intervenaient.

« Ils n’ont même pas épargné les agars (Aquilaria). Ils se vendent par milliers », a-t-il déclaré. Une rangée d’arbres dans la cour de la mosquée a été déracinée par la foule.

Après avoir attaqué la mosquée de Chamtilla, le rassemblement s’est dirigé vers Rowa, à une courte distance où un groupe de musulmans s’était rassemblé à la mosquée locale.

« Certains de ceux qui faisaient partie du rassemblement voulaient marcher vers la mosquée. Mais ils ont été arrêtés par la police et certains hindous du village », a déclaré Sanohar Ali, propriétaire d’un magasin sur le marché local.

Ensuite, une partie de la foule a d’abord attaqué quelques maisons à la périphérie du village et a commencé à incendier des magasins appartenant à des musulmans. Environ une demi-douzaine de magasins sur le marché ont été entièrement ou partiellement incendiés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici