La Chine détruit une mosquée pour construire des toilettes publiques

Un historien ouïghour dit que la profanation des lieux sacrés vise à écraser l’esprit de la minorité musulmane. Des toilettes publiques ont été construites sur le site d’une mosquée dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (XUAR) au nord-ouest de la Chine.

La démolition de la mosquée de la ville d’Atush faisait partie d’une campagne visant à atténuer l’esprit des musulmans ouïghours, a rapporté Radio Free Asia (RFA) le 13 août.

La construction de toilettes sur le site de la mosquée Tokul dans le village de Suntagh d’Atush est intervenue après que les autorités ont démoli de nombreuses mosquées de la région dans le cadre d’une campagne connue sous le nom de «Rectification de la mosquée» qui a débuté en 2016 et ciblait en masse les lieux de culte musulmans, a déclaré RFA.

Un chef du comité de quartier ouïghour de Suntagh a déclaré à RFA que la mosquée Tokul avait été démolie en 2018 et qu’à sa place, des toilettes avaient été construites par des «camarades Han [chinois]».

« Ce sont des toilettes publiques… elles ne sont pas encore ouvertes, mais elles sont construites », a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé si des toilettes publiques avaient été nécessaires, il a répondu: « Les gens ont des toilettes à la maison, donc il n’y a pas eu de problèmes de ce genre. » La région voit peu de touristes, a-t-il ajouté.

Un autre habitant de Suntagh a déclaré à RFA que deux mosquées du village avaient été démolies en 2019. La mosquée Azna a été remplacée par un dépanneur qui vend de l’alcool et des cigarettes, ce qui est mal vu dans l’Islam.

Un responsable du canton d’Ilchi, dans la ville de Hotan, a déclaré qu’un site de mosquée devrait être transformé en une usine de confection pour produire des sous-vêtements.

Une enquête menée par RFA sur la campagne de rectification de la mosquée a révélé que les autorités avaient démoli près de 70% des mosquées de la région de XUAR.

La radio a cité une autre enquête de l’Agence France-Presse qui a révélé qu’au moins 45 cimetières de XUAR ont été détruits de 2014 à octobre 2019. Ces sites ont ensuite été convertis en parcs et parkings.

L’année dernière, le Uyghur Human Rights Project (UHRP), basé à Washington, a publié un rapport intitulé «Démolir la foi: la destruction et la profanation des mosquées et des sanctuaires ouïghours», selon lequel jusqu’à 15 000 mosquées et sanctuaires de la région ont été démolis de 2016 à 2019.

Selon Qahar Barat, un historien ouïghour, la profanation des lieux sacrés vise à «briser l’esprit».

La Chine compte plus de 22 millions de musulmans, dont près de 11 millions d’Ouïghours.

En août 2018, un comité des Nations Unies a été informé que jusqu’à un million de musulmans ouïghours turcs avaient été détenus dans la région du Xinjiang pour participer à des programmes de «rééducation».

Les groupes de défense des droits de l’homme et les gouvernements occidentaux ont répertorié les attaques, y compris la stérilisation forcée, contre les musulmans ouïghours. La Chine a nié les allégations.

Les violations des droits humains de la Chine au Xinjiang ont poussé les États-Unis à imposer des sanctions aux responsables chinois en juillet.

5 Commentaires

  1. Si cela est vrai, ils ont transformé un endroit qui produit de la merde en un endroit qui évacue de la merde. L’assainissement est plus utile que la mosquée 🙂

  2. On voit ce que ça leur a apporté à ces psychopathes… Le coronavirus ce n’était pas grand chose comparé à ce qui attend les ordures de leur espèce. Des toilettes publiques à l’image des paysans bouseux et sales qu’ils sont ^^. Le reste était bien trop élevé pour eux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici