Le Canada organise une Journée nationale contre l'islamophobie 

Le gouvernement du Canada annonce une Journée nationale d’action contre l’islamophobie, le jour des commémorations de l’attentat de la grande mosquée de Québec, le 29 janvier.

Il y a quatre ans, 6 personnes sont mortes et 19 autres ont été blessés dans une fusillade à la grande mosquée de Québec.

Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien, a annoncé jeudi l’intention du gouvernement du Canada de faire de cette date la Journée nationale de commémoration de l’attentat à la mosquée de Québec et d’action contre l’islamophobie, en l’honneur des victimes et en solidarité avec les survivants de cette tragédie, rapporte Ici Quebec.

Cette tragédie nous rappelle l’urgence d’agir contre les propos haineux et la radicalisation en ligne. C’est pour cette raison que notre gouvernement s’apprête à introduire de nouvelles réglementations qui exigeront des plateformes en ligne de retirer les contenus illégaux et haineux, avant qu’ils ne causent davantage de dommage et de préjudice, a précisé le ministre.

Joie bizarre

C’est une joie bizarre, mais c’est quand même un immense geste, a réagi Boufeldja Benabdallah, cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, mentionnant au passage que plusieurs survivants vivent toujours avec des séquelles.

« C’est une reconnaissance et nous en sommes contents. Cette journée va rentrer dans l’histoire, » confie Boufeldja Benabdallah, cofondateur du Centre culturel islamique de Québec. Il espère maintenant que ce geste favorisera un meilleur vivre ensemble.

Je souhaite que les choses changent dans cette société, et on demande à ce que tout le monde applaudisse cette journée qui nous rapproche et qui va nous faire encore plus fort demain.

Islamophobie

L’idée de faire du 29 janvier une journée nationale contre l’islamophobie vient des réflexions avec plusieurs groupes, selon Joël Lightbound, député fédéral de Louis-Hébert.

Le mot islamophobie était d’ailleurs la cible de certaines réserves, notamment de la part de François Legault.

En 2019, le premier ministre avait indiqué qu’il n’y avait pas d’islamophobie au Québec, avant de préciser qu’il existait un courant islamophobe. Il avait alors rejeté l’idée d’avoir une telle journée à l’échelle provinciale.

Questionné à nouveau sur cet enjeu en marge d’une conférence de presse jeudi, il n’a pas voulu entrer dans le débat de l’islamophobie. Il y a des personnes qui sont intolérantes, c’est inacceptable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici