Les étudiants musulmans,

Selon une étude, les étudiants issus de familles musulmanes sont moins susceptibles d’obtenir des diplômes supérieurs que les étudiants d’autres religions. Cette étude a examiné les résultats de l’enseignement supérieur au Royaume-Uni pour les personnes de confessions différentes.

Une étude faite sur deux millions d’étudiants

La recherche est basée sur des statistiques officielles recueillies auprès de plus de deux millions d’étudiants fréquentant les universités britanniques. Elle a révélé que seulement 65% des élèves s’identifiant comme musulmans obtenaient des diplômes de premier et deuxième cycles supérieurs. Contre plus de 76% pour tous les autres étudiants.

L’écart de réussite est particulièrement important parmi ceux qui ont obtenu les honneurs de première classe. Seulement 18% des musulmans ont obtenu la meilleure classification. Une proportion plus faible que dans tous les autres groupes religieux. Les sikhs et hindous étaient également moins susceptibles d’obtenir des diplômes de première classe.

«Les raisons des différences d’attribution des diplômes selon la religion des étudiants pendant leur séjour dans [l’enseignement supérieur] sont complexes et difficiles à distinguer des autres caractéristiques associées à la religion.»  a noté le rapport d’Advance HE.

Il a suggéré que les différences dans les antécédents et les expériences des élèves, les différences de traitement entre le personnel et les autres élèves pourraient tous jouer un rôle dans l’explication de l’écart de réussite.

Les chercheurs ont constaté que l’écart entre les musulmans et les autres s’est creusé à mesure que la proportion de musulmans étudiant dans une institution diminuait. Les universités avec des musulmans ne représentant que 3% des étudiants ont vu les pires résultats par rapport à leurs pairs.

L’islamophobie est l’une des explications

Les chercheurs ont également noté que la performance des élèves musulmans était inversement liée à la proportion de personnel musulman dans une institution. Pour chaque point de pourcentage supplémentaire de personnel musulman, l’écart de réussite entre musulmans et non musulmans a diminué de plus de deux points de pourcentage.

Des recherches antérieures ont montré que les perceptions des autres étudiants et du personnel – y compris l’islamophobie pure et simple – et le manque de reconnaissance de la religion des étudiants contribuent aux expériences négatives des étudiants musulmans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici