Nouvelle-Zélande - « L’attaque de Christchurch nous a traumatisé, mais nous sommes déterminés à être heureux »

Maysoon Salama, dont le fils a été tué lors du massacre de Christchurch, dit que les survivants manquent à leurs proches, mais travaillent dur pour rassembler la communauté. Elle s’est confié au Guardian dans une interview à la fois forte et émouvante :

« À la garderie, mon mari et moi courons à Christchurch, la plupart des enfants auraient eu quelqu’un dans leur famille qui a été blessé pendant l’attaque ou connaissait quelqu’un qui a été blessé.

Cinq des enfants ont perdu leurs parents;  ont perdu leurs pères. L’un d’eux était ma petite-fille, Aya. Et nous en avons eu plusieurs dont les parents ont été traumatisés ou blessés. Certains enfants entendaient beaucoup de choses à la maison.

Nous avons rouvert deux semaines après l’incident et il était clair dès le premier jour que la santé mentale devait être notre priorité pour les enfants. Nous devions les aider à gérer leur traumatisme et apprendre à le gérer. Ils ont continué à poser des questions sur l’un de nos étudiants qui avait été blessé lors des attaques, et certains d’entre eux savaient qu’elle avait été blessée. C’était vraiment une situation difficile. »

Le gouvernement a soutenu les Musulmans

« J’ai approché le ministère de l’Éducation et le Premier ministre et leur ai dit que nous avions besoin de soutien. J’ai préparé une lettre pour Jacinda Ardern sur la santé mentale et le besoin urgent de la communauté à court et à long terme.

Elle a bel et bien agi et le gouvernement était favorable en termes de financement. Mais leurs actions n’ont pas été assez rapides. Nous avons donc commencé à organiser l’aide à la santé mentale et commencé à soutenir les veuves.

Nous avons changé le programme en fonction de ce que nous pensions être bon pour les enfants; nous ne voulions pas les submerger. Nous nous sommes concentrés sur des activités amusantes, ainsi que des histoires liées à la perte d’êtres chers ou de choses, même si c’était la perte d’un ballon. Cela fonctionne bien et nos enfants se portent beaucoup mieux. Ils sont maintenant heureux et pétillants.

En tant que Musulmans, nous avons besoin de plus d’occasions de parler de choses positives, plutôt que de simples incidents où un Musulman était impliqué en tant que terroriste. Vous avez rarement cette chance. Mais je pense que l’incident du 15 mars a été révélateur pour beaucoup de gens, car nous étions les victimes.

Pour moi, je suis un scientifique. J’ai un doctorat. Mais les femmes musulmanes ne sont souvent pas reconnues et n’ont pas de chances, même de travailler. Si vous portez le hijab, vous n’êtes même pas au point d’interview, et si vous le faites, alors vous savez que la réponse est non. Tout récemment, les gens ont commencé à reconnaître cela, ce qui est l’une des choses positives qui se sont produites après mars.

« L’incident nous a ouvert de nombreuses voies. Mais avons-nous vraiment besoin d’une tragédie avant d’agir ? »

Avant cette attaque, les autorités nous ont définitivement trompés en tant que Musulmans, parce que nous communiquions avec la police chaque fois qu’il y avait une menace, et ils prenaient un rapport et rien ne se passait.

À notre garderie, des fenêtres ont été brisées plusieurs fois et des gens nous criaient dessus depuis la rue. Une fois, ma voiture était couverte de sang, avec des mots très méchants que je ne comprenais même pas jusqu’à ce que notre professeur de kiwi me dise de quoi il s’agissait.

Si nous voulons annoncer une activité sur les réseaux sociaux pour la communauté, nous ne pouvons pas écrire où elle se trouve, et cela nous fait du travail supplémentaire.

Je suis en Nouvelle-Zélande depuis 25 ans, assez longtemps pour remarquer qu’il y a beaucoup de discrimination envers les étrangers en général et les Musulmans en particulier, et beaucoup de discrimination au sein du système éducatif. Ce ne sont pas seulement les élèves qui intimident les élèves, ce sont aussi les enseignants qui intimident les élèves. J’ai toujours souligné le fait que nous devons parler davantage des autres cultures. Les gens disent que nous devons être inclusifs, mais où est l’action ? »

Maysoon a collaboré étroitement avec le gouvernement

« Depuis les tirs de masse, j’ai utilisé mes compétences et mon expertise et toutes les connaissances dont je dispose pour participer à des choses comme la commission royale d’enquête, pour savoir si les attaques auraient pu être évitées. Cela comprend la collaboration avec le gouvernement, toutes les différentes organisations qui aident et le ministère de l’Éducation.

Beaucoup d’entre nous qui sont les chefs de file dans ces domaines sont fatigués. Je suis le personnellement. Je ne peux tout simplement pas gérer tout cela. Passer par tous ces engagements est écrasant, et vous devez toujours être vigilant. Vous devez vraiment réfléchir. Et parfois, je ne veux pas penser. Nous avons formé les jeunes de notre communauté et les avons motivés, alors nous espérons qu’ils pourront s’intensifier.

Il y a eu d’autres changements depuis l’incident. L’agence gouvernementale responsable des communautés ethniques a reçu plus de financement et il y a un sentiment qu’il faudrait mettre l’accent sur la cohésion sociale et les activités. Beaucoup de gens de la communauté au sens large viennent également nous parler et nous apprécier.

Ce n’est certainement pas ce que la personne qui a commis cet acte aimerait entendre. Son objectif était tout à fait le contraire, mais il a lamentablement échoué. C’est pourquoi je veux lui dire que nous sommes très bons. Nous allons bien et sommes heureux. Nos êtres chers nous manquent, mais nous savons qu’ils sont dans un meilleur endroit. »

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici