Syrie - Un documentaire honore une femme médecin qui a sauvé des milliers de vies dans un hôpital souterrain - VIDEO2

Il y a beaucoup d’histoires poignantes qu’Amani Ballour peut raconter de ses six années passées à diriger un hôpital souterrain secret lors d’un bombardement et d’un siège en Syrie. Mais ce sont les enfants dont le médecin se souvient le plus.

 

«Il y avait un garçon d’environ neuf ans amené par ses parents avec de terribles blessures. Une partie de sa tête manquait et il saignait des oreilles », a-t-elle déclaré.

«Il était évident que nous ne pouvions rien faire pour lui, mais son cœur battait et il respirait pendant des heures. C’était une torture pour ses parents parce que nous savions tous qu’il ne pouvait pas vivre. Finalement, ils voulaient que je lui donne quelque chose pour l’aider à mourir. À ce stade, je me suis juste effondrée. Je ne pouvais pas l’aider ni eux. « 

Ballour, 33 ans, dont le travail à l’hôpital fait l’objet du documentaire The Cave, nominé aux Oscars, a de nombreuses histoires horribles qui, selon elle, se poursuivent en Syrie au moment même où nous parlons.

Depuis 2011, 500 000 Syriens sont morts dans la guerre civile amère du pays et plus de cinq millions ont été déplacés, dont beaucoup en exil. Ballour est maintenant l’une d’entre elles, vivant en Turquie, mais toujours hantée par son travail dans l’est de la Ghouta, une banlieue rebelle de Damas qui a été assiégée pendant cinq ans et pilonnée avec des bombes, des roquettes et des armes chimiques. L’ONU a classé le siège – considéré comme le blocus continu le plus long de l’histoire récente – comme un crime de guerre.

La semaine dernière, après des affrontements entre les forces turques qui soutiennent les rebelles de l’opposition et les forces syriennes soutenues par la Russie ont fait 200 morts et des dizaines de civils, dont des enfants tués ou blessés, un cessez-le-feu fragile a été négocié entre Ankara et Moscou. Les observateurs disent qu’il est peu probable que cela dure. Pour Ballour, cela doit tenir. La violence, a-t-elle dit, doit cesser.

Assis dans un café parisien la semaine dernière, Ballour venait tout droit d’une rencontre avec le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Elle était en Belgique quelques jours plus tôt et se rend à Genève ce week-end, puis aux États-Unis, pour implorer les dirigeants européens et américains de faire pression sur la Russie, et demander une augmentation de l’aide humanitaire en Syrie et des milliers de personnes fuyant la guerre. Pas seulement des mesures concrètes, mais de l’empathie.

«Je demande aux Européens de se rappeler que les réfugiés sont des êtres humains. Ils ont le droit d’être en sécurité, de vivre. Ces gens ne veulent pas quitter la Syrie. Je ne voulais pas partir, personne ne voulait partir. Nous voulons tous simplement survivre. Quand je le pourrai, je rentrerai chez moi », a-t-elle dit.

Les parents de Ballour restent en Syrie, par crainte de représailles à cause du défi de leur fille au régime. Mais ils se sont habitués à ce qu’elle défie leurs traditions et leurs attentes.

«On s’attendait à ce que je me marie et que j’aie des enfants. Mon père nous disait aux filles: « À quoi sert un diplôme en cuisine? », Mais j’étais la meilleure de la classe à l’école et je voulais faire quelque chose. Mon rêve était d’obtenir mon diplôme, d’avoir une clinique et d’aider les enfants », a-t-elle déclaré.

En 2012 – un an après le début de la guerre civile – Ballour avait terminé ses études de médecine générale et se spécialisait en pédiatrie, mais avait abandonné le cours de traitement des patients à l’hôpital de Ghouta Est. Lorsque les raids aériens se sont intensifiés, pilonnant les bâtiments voisins en ruines, l’hôpital a été contraint de fonctionner à partir d’un dédale de salles souterraines et de tunnels.

Quatre ans plus tard, alors qu’elle n’avait que 29 ans, le personnel a voté pour la nommer directrice de l’hôpital en charge des 100 employés restants, dont un chirurgien et une poignée de médecins, dont la plupart étaient des étudiants.

The Cave, enregistré sur deux ans par le réalisateur syrien Feras Fayyad – qui a également réalisé le documentaire oscarisé Last Men in Aleppo – capture toute l’horreur de la guerre : les adultes, les enfants et les bébés blessés pris dans des bombardements arrivent couverts de sang ou d’étouffement d’une attaque aux armes chimiques; les opérations chirurgicales sont effectuées sans anesthésie au son de la musique classique.

«Je n’oublierai jamais ce que j’ai vu. Je me souviens de chaque enfant et je peux les voir. Je suis ici pour être leur voix, pour parler de leurs souffrances et de leur vie. Raconter leur histoire sur la façon dont les gens sont tués chaque jour. C’est pourquoi je suis ici », a-t-elle déclaré

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici