Saint-Denis - l'image choc d’une policière défigurée par une bouteille de verre 

Le syndicat des Commissaires de Police SICP a diffusé la photo d’une policière de 36 ans, le visage tuméfié par un projectile qui aurait été violemment jeté sur elle lors d’une patrouille à Saint-Denis.

 

« Quelque part, on est des sous-citoyens »

Entre locaux insalubres, manque de matériel, retards de salaire et répercussions sur la famille, plusieurs policiers témoignent de la situation dégradante de leur travail.

Une autre policière qui a officié en région parisienne raconte ainsi avoir vu un moteur de voiture lâcher, alors que sa patrouille partait porter secours à une femme battue par son compagnon.

Aujourd’hui mutée dans un Centre de rétention administrative (CRA), elle officie dans une guérite dont elle affirme qu’elle « n’est jamais nettoyée », avec, pour compagnie régulière, des rats qui viennent se nourrir des détritus qui encombrent les cours du CRA : « C’est dégradant. Qu’est-ce que l’État si on est représentant de l’État et que l’on doit vivre dans un milieu de travail comme celui-ci ? C’est ça la considération que l’on a ? Quelque part, nous sommes des sous-citoyens. Nous ne sommes pas payés dans les temps, avons des conditions de travail qui manquent d’hygiène, sommes en sous-effectifs donc ne pouvons pas poser nos congés comme nous le voudrions… ».

Dans un commissariat, le plafond s’est effondré à cause des infiltrations d’eau. Les policiers d’un autre doivent composer avec les cafards et les punaises, ainsi que des remontées d’égout, révèle France Inter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici