« Ma vie en Israël est si merveilleuse ! » déclare Quentin Tarantino

Le réalisateur Quentin Tarantino est marié à la chanteuse/mannequin israélienne Daniella Pick, avec qui il a eu un enfant. Il a dit qu’il ne se sent pas simplement chez lui à Tel Aviv – c’est vraiment sa maison maintenant.

« Vraiment, ma vie ici [en Israël] est si merveilleuse« , a déclaré Quentin Tarantino à Yediot Aharonot dans une large interview. Faisant fi des attaques quotidiennes de l’armée d’occupation sur le peuple palestinien.

Tarantino célèbre la qualité de sa nouvelle vie en Israël avec un enthousiasme qui ravit la presse locale et les réseaux sociaux. Il s’est engagé à apprendre sérieusement l’hébreu, ne serait-ce que pour le parler avec son enfant, né le 22 février.

Interrogé sur les tirs de roquettes depuis la bande de Gaza, il affirme: « Je n’en ai absolument pas peur. Comme tout le monde ici, je n’y fais même pas attention ».

 Il est vrai qu’aucun missile n’a frappé Tel-Aviv depuis près d’un an, même si les écoles y ont été fermées à titre préventif en novembre dernier. Tarantino se veut également très cool lorsqu’il est questionné sur les élections israéliennes du 2 mars prochain, les troisièmes en une année, du fait de l’impossibilité de dégager une majorité pour le Premier ministre en place, Benjamin Nétanyahou, ou pour son challenger Benny Gantz: « J’aurais souhaité que nous ayons une troisième élection aux Etats-Unis, malheureusement il n’y en eut qu’une ». Le rejet de Trump par Tarantino, à l’unisson de l’opinion dominante à Hollywood, n’affecte donc pas sa vision de la politique israélienne, malgré les liens d’une intensité inégalée entre Trump et Nétanyahou.

Tarantino dit: « J’ai une belle femme et elle est géniale.« 

Il fait du vélo partout à Tel Aviv et peut souvent être trouvé au cinéma. Son expérience en Israël a été «formidable», dit-il. « J’adore le pays et les gens sont vraiment gentils, très gentils avec moi et ils semblent excités que je sois ici. »

Il aimait voir son beau-père, l’icône de la musique israélienne Svika Pick, se produire au Festigal le mois dernier :«C’était incroyable, mec, incroyable. Il jouait, jouait du piano comme Elton John. »

Gagner un Golden Globe du meilleur scénario plus tôt ce mois-ci, il a remercié Pick en hébreu.« Je ne peux pas avoir de conversation maintenant, mais je connais beaucoup de mots en hébreu. » La naissance de son bébé lui donnera envie d’en savoir plus.

« Évidemment, je vais apprendre. Je ne veux pas que mon garçon parle une langue que je ne comprends pas. » 

L’expérience la plus forte qu’il a vécue ici a été celle de la projection en 2009 d’Inglourious Basterds, son film sur les soldats juifs américains chasseurs nazis.

«Il y avait un sentiment de libération» lors de la projection, qui «a donné aux gens la permission de profiter de quelque chose qu’ils ne se permettraient pas d’apprécier si vous en parliez simplement au niveau intellectuel. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici