Gaza - La fin des aides médicales affecte les patients palestiniens

Gaza – Omar Yaghi n’avait pas encore huit mois à sa mort; première victime de la fin de la coordination de la sécurité entre l’Autorité palestinienne (AP) et Israël.

Des milliers de patients dans la bande de Gaza craignent désormais pour leur vie, car ils ne peuvent pas voyager pour recevoir des traitements dans les hôpitaux de Jérusalem et de Cisjordanie.

Nesreen Al-Shawaf a déclaré que son fils Saddam, 14 ans, atteint de leucémie, n’avait pas pu recevoir de traitement dans la bande de Gaza et qu’il devait se rendre en Cisjordanie.

Al-Shawaf avait précédemment reçu une aide financière de l’Autorité palestinienne pour que Saddam puisse se faire soigner dans un hôpital israélien, car il avait été diagnostiqué à l’âge de 6 ans seulement.

Mais il y a plus de 2 ans, en raison de la décision de l’Autorité palestinienne de suspendre les renvois médicaux aux hôpitaux israéliens, dans ce qui semblait être une réponse à la politique israélienne de retenue des recettes fiscales palestiniennes, le traitement des patients de Gaza a été transféré par instants vers les hôpitaux palestiniens en Jérusalem et Cisjordanie.

Depuis des années, l’Autorité palestinienne est responsable du projet de loi visant à traiter les maladies graves et incurables des Palestiniens. Le cancer en représente entre 30 et 40 pour cent, avec une valeur financière d’environ 120 millions de dollars par an, dont la majeure partie est destinée aux hôpitaux israéliens.

Al-Shawaf estime que les hôpitaux palestiniens de Cisjordanie sont moins en mesure de faire face à de nombreuses conditions médicales complexes que leurs homologues israéliens, mais ils restent bien en avance sur ceux de Gaza.

Mais maintenant, même cette option n’est plus disponible pour les patients à Gaza, après la décision du président Mahmoud Abbas le 20 mai de dissoudre tous les accords et accords avec Israël et les États-Unis, y compris sur la coordination de la sécurité, ce qui signifie que les patients ne sont plus en mesure d’obtenir des permis de sortie pour un traitement en dehors de Gaza.

«Je suis très inquiet, si je ne peux pas quitter Gaza pour continuer le traitement de mon fils, cela pourrait menacer sa vie et le mettre en danger. J’espère que cela ne se produira pas », a déclaré Al-Shawaf à Arab News.

L’Autorité générale des affaires civiles, l’autorité palestinienne chargée de communiquer avec Israël, a cessé de travailler pour coordonner les déplacements des patients.

Le chef de l’autorité à Gaza, Saleh Al-Zaq, a déclaré: «L’autorité est un organe exécutif et respecte les décisions politiques et souveraines prises par l’Autorité palestinienne.

«Cette question n’est plus du ressort de l’autorité, qui n’a pas le pouvoir de coordonner et de communiquer avec la partie israélienne, selon la décision du président Abbas.»

Un traitement local

Le 16 mai, le Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh a annoncé que les patients de Gaza seraient traités dans deux hôpitaux de la bande de Gaza sous contrat avec l’Autorité palestinienne.

Il a déclaré que l’Autorité palestinienne se tournerait vers des organisations internationales, telles que l’Organisation mondiale de la santé et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), pour aider à fournir l’équipement médical et les médicaments nécessaires.

Selon le ministère palestinien de la Santé, 16 000 patients cancéreux ont besoin d’un traitement à Gaza, avec 120 à 130 nouveaux cas diagnostiqués chaque mois. Une quinzaine de décès sont enregistrés chaque mois.

Ziyad Al-Khuzindar, consultant en oncologie à la Fondation Basmat Amal pour les soins contre le cancer, a déclaré que les capacités à Gaza en termes de nombre d’hôpitaux, de centres et d’équipes médicales spécialisées étaient insuffisantes pour répondre aux besoins des patients.

«Gaza souffre de crises sanitaires complexes liées à une grave pénurie de spécialistes, de médicaments et d’équipements médicaux, en particulier d’appareils de radiothérapie, et la souffrance des patients a augmenté non seulement avec la décision de l’Autorité palestinienne de mettre fin à la coordination de la sécurité, mais depuis que les références médicales ont cessé », A-t-il déclaré à Arab News.

Le directeur du département de référence, Mazen Al-Hindi, a déclaré: «L’Autorité palestinienne vise à localiser les services de traitement dans les hôpitaux palestiniens de Cisjordanie et de Gaza et à donner la priorité au renvoi des cas critiques vers les hôpitaux d’Égypte et de Jordanie comme alternative aux hôpitaux israéliens.

« En cas de besoin urgent de traiter avec les hôpitaux israéliens, en particulier ceux qui subissent une greffe de moelle osseuse et un traitement du cancer par balayage atomique, la coordination avec les Israéliens se fera par le biais du CICR », a-t-il déclaré à Arab News.

L’Association des médecins pour les droits de l’homme, une ONG israélienne, a mis en garde contre une menace réelle pour la vie de milliers de patients palestiniens qui doivent être traités dans des hôpitaux israéliens ou à Jérusalem-Est.

« Israël contrôle les points de passage et la vie des Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza, et il contrôle la vie des Palestiniens sous tous les aspects, et il doit assumer la responsabilité de son occupation et des systèmes de gestion qu’il a mis en place au fil des décennies », a déclaré le responsable de l’association, Ghada Majadleh.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici