Lybie - la célèbre avocate Hanane al-Barassi abattue en pleine rue à Benghazi

Hanane al-Barassi, avocat et critique ouvertement des exactions commises dans les zones tenues par la milice illégale du chef de guerre Khalifa Haftar, a été assassinée en public, selon des groupes de défense des droits.

Des hommes armés ont abattu un éminent avocat et critique du chef de guerre Khalifa Haftar dans la ville de Benghazi, dans l’est de la Libye, alors que les discussions politiques dans la Tunisie voisine se concentraient sur une feuille de route pour les élections en Libye.

Hanane al Barassi, un critique ouvert des exactions dans les régions de l’est contrôlées par la milice illégale de Haftar, a été abattu en public, ont déclaré des groupes de défense des droits.

Al Barassi, « a été abattu sur la route 20, l’une des principales rues commerçantes de Benghazi », a déclaré une source sécuritaire à l’agence de presse AFP, qui a demandé à rester anonyme.

« Quelques instants plus tôt, elle diffusait une vidéo en direct via Facebook. »

C’était un rappel de l’effusion de sang qui secoue encore la Libye alors que les pourparlers de paix se poursuivent à Tunis et que les négociateurs militaires ont haché les détails du cessez-le-feu dans la ville de Syrte en première ligne.

« Barassi a publiquement parlé de cas présumés d’agression et de viol de femmes à Benghazi dans lesquels elle impliquait des membres des groupes armés à Benghazi, et elle a également allégué des fraudes financières », a déclaré Hanane Salah, chercheur principal en Libye pour Human Right Watch, basé à New York. 

Amnesty International a déclaré que Hanane al-Barassi et sa fille avaient reçu des menaces de mort. Il a noté que sa page de médias sociaux avait annoncé lundi qu’elle prévoyait de publier une vidéo exposant la corruption au sein de la famille Haftar.

 

Défendre les droits des femmes

Figure médiatique en Libye, Hanane al-Barassi, 46 ans, était connue pour donner la parole aux femmes victimes de violences dans des vidéos qu’elle a ensuite diffusées sur les réseaux sociaux.

Elle a également dirigé une association locale de défense des droits des femmes.

Dans les images publiées sur sa page Facebook juste avant d’être abattue, Hanane al-Barassi parle à la caméra alors qu’elle est assise dans sa voiture.

Elle critique les groupes armés proches de Haftar, affirmant avoir été «menacée».

Le meurtre de Barassi intervient près d’un an et demi après la disparition de la députée Siham Sergewa, qui a été enlevée à son domicile à Benghazi par des hommes armés.

Avant son enlèvement, elle avait critiqué une offensive lancée par Haftar en avril de l’année dernière pour prendre la capitale Tripoli au gouvernement d’accord national (GNA) reconnu par les Nations Unies.

On ne sait toujours pas où se trouve Siham Sergewa.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici