fbpx
mercredi 21 avril 2021
Accueil Actualités Politique Mosquée de Strasbourg : Macron dénonce des collectivités « un peu trop complaisantes »

Mosquée de Strasbourg : Macron dénonce des collectivités « un peu trop complaisantes »

0
Mosquée-de-Strasbourg-Macron-dénonce-des-collectivités-22un-peu-trop-complaisantes22.jpeg

Le président Emmanuel Macron a soutenu ce jeudi son ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, qui a accusé la mairie de Strasbourg de « financer une ingérence étrangère en France », déplorant des « collectivités peut-être un peu trop complaisantes ».

« Il y a l’existence de groupes constitués, l’existence de groupes politiques sur le continent européen, qui sont eux, aujourd’hui, activés par des organes de propagande officielle », a affirmé le président en réponse à une question sur des ingérences de la Turquie lors d’une prise de parole depuis l’Élysée.

« Parfois ils se mêlent de nos élections, d’autres fois ils se mêlent de financement d’associations. Nous l’avons encore vu ces derniers jours avec les alertes légitimes faites par le ministre de l’Intérieur à l’égard de quelques collectivités territoriales, peut-être un peu trop complaisantes », a-t-il déclaré à l’issue d’un Conseil européen.

Dans un courrier adressé à Emmanuel Macron et rendu public mercredi, la maire de Strasbourg a réfuté toute «mise en garde» et dénoncé dans un communiqué des «accusations» et des «amalgames».

Darmanin s’oppose à subventionner la mosquée de Strasbourg

Gérald Darmanin a accusé la mairie EELV de Strasbourg de financer « une mosquée soutenue par une fédération qui défend l’islam politique » au lendemain d’un vote approuvant « le principe d’une subvention » de plus de 2,5 millions d’euros, et demandé la saisine de la justice. 

« La mairie verte de Strasbourg finance une mosquée soutenue par une fédération qui a refusé de signer la charte des principes de l’islam de France et qui défend un islam politique », a réagi Gérald Darmanin dans un tweet publié dans la nuit de lundi à mardi. 

Réaction injustifiée

« J’ai été très surprise du fait que le ministre de l’Intérieur s’adresse à moi par voie de tweet (…), d’autant plus que ce projet de mosquée (…) est un projet ancien, il ne date pas de ma mandature » mais « d’une dizaine d’années », a réagi dans l’après-midi la maire, Jeanne Barseghian, lors d’un point de presse durant lequel elle a défendu la délibération adoptée lundi par le conseil municipal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici